Burkina: Une commission va établir une charte et un agenda de transition

© Fournis par Journal de Bangui Jeudi, la Cédéao a demandé aux nouvelles autorités de fournir un agenda pour un retour à l'ordre constitutionnel dans « un délai raisonnable ».La junte militaire qui a pris le pouvoir au Burkina-Faso, le 24 janvier, a annoncé, samedi, la mise en place d'une commission chargée d'élaborer un projet de charte et un agenda de la transition censée rétablir rétablir l'ordre constitutionnel dans le pays.  Selon un décret signé par le Lieutenant-Colonel Paul Henri Sandaogo Damiba, président du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR), la junte au pouvoir à Ouagadougou, et chef de l'Etat, cette commission est composée de quinze membres, dont des juristes, des sociologues, des économistes et des officiers. Dans un délai de « deux semaines, à compter de son installation, la commission doit remettre aux autorités « un projet de charte et d'agenda assorti d'une proposition de durée de la transition et des modalités de mise en œuvre ». La commission qui est « indépendante et à l'abri des pressions et manœuvres contraires à l'intérêt général » exercer sa mission dans « un esprit patriotique et un dévouement absolu à la nation », précise le décret. Ses membres travaillent à titre « bénévole », ajoute le texte qui prévoit que la commission doit, toutefois, consulter « les forces vives de la nation ».  Depuis le 24 janvier dernier, protestant contre l'incurie du pouvoir pour faire face à l'insécurité qui frappe, depuis plusieurs années, le pays confronté à d'incessantes attaques de groupes jihadistes, les militaires ont déposé le président élu, Roch Marc Christian Kaboré. En réaction à ce putsch, le troisième en moins d'une année dans la sous-région, après ceux survenu en mai au Mali et en septembre en Guinée-Conakry, la Communauté économique des États de l'Afrique de l'ouest (Cédéao) avait suspendu, le 24 janvier, le Burkina Faso de ses instances. Lors d'un sommet tenu jeudi dernier à Accra (Ghana), l'organisation a décidé de ne pas ajouter de nouvelles sanctions contre le Burkina-Faso. Mais elle demandé aux nouvelles autorités de fournir un agenda pour un retour à l'ordre constitutionnel dans « un délai raisonnable ». Vendredi, la junte de Ouagadougou a déclaré « prendre note » de la demande de l'organisation sous-régionale.

The post Burkina: Une commission va établir une charte et un agenda de transition appeared first on Journal de Bangui.

Burkina: Une commission va établir une charte et un agenda de transition