Des assemblées menacées de blocage

ISTANBUL, TURKEY - DECEMBER 10: Turkish Parliament Speaker Mustafa Sentop (2nd L) meets Speaker of the People's National Assembly of Algeria, Ibrahim Boughali (3rd R) within the 16th conference of Parliamentary Union of Organization of Islamic Cooperation (ISIPAB) in Istanbul, Turkey on December 10, 2021. (Photo by Arif Hudaverdi Yaman/Anadolu Agency via Getty Images) © Arif Hudaverdi Yaman/Anadolu Agency via Getty Images ISTANBUL, TURKEY - DECEMBER 10: Turkish Parliament Speaker Mustafa Sentop (2nd L) meets Speaker of the People's National Assembly of Algeria, Ibrahim Boughali (3rd R) within the 16th conference of Parliamentary Union of Organization of Islamic Cooperation (ISIPAB) in Istanbul, Turkey on December 10, 2021. (Photo by Arif Hudaverdi Yaman/Anadolu Agency via Getty Images)

Les tractations font encore rage dans des dizaines, voire des centaines d’APC ainsi que les APW où les sièges ont été départagés entre plusieurs listes dont aucune n’a obtenu la majorité absolue.

Comme il fallait s’y attendre, beaucoup d’assemblées communales à travers le pays risquent d’être bloquées à cause des difficultés rencontrées pour dégager la majorité et élire les nouveaux maires. Même s’il est encore trop tôt pour en parler, tout le monde s’accorde à dire que les amendements apportés à l’article 65 du code communal en août dernier ne garantissent pas le bon fonctionnement des APC.

En effet, 15 jours après l’annonce des résultats provisoires des élections, beaucoup d’Algérien(ne)s ignorent le nom de celui qui va présider aux destinées de leurs communes. Les tractations font encore rage dans des dizaines, voire des centaines d’APC ainsi que les APW où les sièges ont été départagés entre plusieurs listes, dont aucune n’a obtenu la majorité absolue. Dans la wilaya de Boumerdès, au moins 25 sur 32 P/APC ont déjà été installés.

Néanmoins, le consensus peine à se dessiner, surtout à Bordj Menaïel et Souk El Had où l’élection du P/APC a été reportée hier en raison de «l’entêtement de certains élus et les revirements de dernières minutes». Même à Chabet El Ameur, rien n’est encore joué. Les luttes d’intérêt et les retournements de veste pourraient plonger certaines assemblées dans des blocages insurmontables.

S’agissant de l’APW, le jeu des coulisses semble sourire au candidat du parti d’El Fadjr El Djadid, Youcef Tellache, dont la liste a obtenu 5 sièges contre 8 pour son rival, Yacine Merdas, élu comme indépendant.

Des assemblées menacées de blocage