Opération mains propres dans les entreprises ivoiriennes

Plusieurs entreprises publiques ivoiriennes sont éclaboussées par des malversations © picture-alliance/maxppp/G. Barnus Plusieurs entreprises publiques ivoiriennes sont éclaboussées par des malversations

Le gouvernement a déjà communiqué sur quatre (04) directeurs généraux qui ont été suspendus à titre conservatoire. Selon l'hebdomadaire "Ivoir' Hebdo" que dirige André Silver Konan, les enquêtes visent près de la moitié des directeurs généraux d'entreprises publiques. Donc environ une quarantaine de chefs d'entreprises d'Etat.

Lire aussi → Côte d'Ivoire : à qui profite la croissance ?

Le journaliste André Silver Konan explique que ce sont plusieurs milliards que ces directeurs généraux ont détourné alors que les enquêtes n'ont pas fini de tout révéler.

"Notre journal Ivoir'Hebdo a parlé de détournement de près de cent cinquante milliards de francs CFA dans une entreprise publique. Le journal a aussi avancé trois milliards de francs CFA concernant l'AGEF (Agence de Gestion Foncière). Il semble que ce soient des montants provisoires. En ce qui concerne la nouvelle pharmacie de la santé publique, cela n'a pas encore été bien précisé. Le tribunal chargé de cette enquête n'a pas encore bouclé ses enquêtes", précise André Silver Konan.

Lire aussi → Le front social s'embrase en Côte d'Ivoire

''Il fallait commencer quelque part''

La lutte contre la corruption est marquée en Côte d'Ivoire dès 2015 avec la mise en place de la haute autorité pour la bonne gouvernance.

Christophe Kouamé, président de l'organisation CIVIS-Côte d'Ivoire, salue cette initiative de lutte contre la corruption. Mais il insiste sur la sensibilisation.

"Dans aucun pays du monde, on n'a pu réduire la corruption à zéro. Par contre il fallait commencer quelque part, et donc ces actions sont nécessaires mais pas suffisantes. Il reste aujourd'hui à l'Etat ivoirien de faire beaucoup plus de préventions, beaucoup plus de détections et beaucoup plus de sensibilisations", explique l'acteur de la société civile.

Bonne gouvernance ou volonté de transparence ?

Le président ivoirien Alassane Ouattara a créé dans l'actuel gouvernement, un ministère chargé de la lutte contre la corruption, ce qui selon le journaliste et directeur de publication du journal Ivoir' Hebdo, montre la volonté des dirigeants ivoiriens de promouvoir la bonne gouvernance:

"Il y a cette nouvelle dynamique impulsée par le président visant à privilégier la voie de l'orthodoxie dans la gouvernance, ce qui devrait être le cas depuis plusieurs années. La deuxième chose c'est que, il y a un nouveau gouvernement dirigé par un Premier ministre Patrick Achi. Depuis l'arrivée de celui-ci, il y a comme une sorte de volonté d'aller à la transparence quand même".

Pour le moment, ce sont les directeurs généraux de la nouvelle pharmacie de la santé publique (NPSP), l'agence de gestion et de développement des infrastructures industrielles (AGEDI), l'autorité de régulation de télécommunications de Côte d'Ivoire (ARTCI) et l'agence de gestion foncière (AGEF) qui sont suspendus.

Mais d'après nos informations, les auditeurs du gouvernement s'intéressent actuellement au Fonds d'entretien routier (FER) dont le directeur général serait également visé par un audit.

Les Ivoiriens interrogés, souhaitent simplement que cette opération mains propres puissent se poursuivre dans tous les services publics.

Auteur: Julien Adayé

Opération mains propres dans les entreprises ivoiriennes