Histoire : Quand le Maroc participait pour la première fois à l’Eurovision

© Fournis par Yabiladi

Alors que certains regarderont l’Eurovision de cette année, peu de personnes savent que le Maroc a été le premier pays arabe et africain à prendre part, en 1980, à cette compétition. Petite histoire.

L’Eurovision Song Contest, événement annuel organisé par l’Union européenne de radio-télévision (UER) et l’un des plus anciens programmes télévisés au monde. L’événement, regardé par des millions de téléspectateurs, se déroule généralement le mois de mai.

Bien que la compétition ne connait pas la participation de pays arabes, l’édition 1980 de l’Eurovision a déjà été marquée par la participation effective, pour la première fois, d’un pays arabe et africain : Le Maroc. Une participation effective, car la Tunisie devait prendre part à l’édition de 1977 avant de se retirer de la compétition.

1980 ou l’absence d’Israël qui profitera au Maroc

Nous sommes en 1979. Israël venait d’accueillir le concours Eurovision de la chanson et l’a remporté pour la deuxième fois consécutive. Mais son refus d’organiser à nouveau le concours en 1980 poussera les Pays-Bas à se proposer. Cette année, Israël ne participera pas au concours, car la date fixée par l’UER coïncidait avec la commémoration, par l’Etat hébreu, de Yom HaZikaron (jour du souvenir).

Ainsi, la Société nationale de radiodiffusion et de télévision (SNRT), membre de l’UER profite de cette absence pour annoncer l’intention du Maroc de prendre part à cette compétition. Une chanson est alors composée par le talentueux Abdelati Amenna et l’arrangeur, chef d’orchestre et auteur-compositeur français, Jean Claudric. Elle sera intitulée Bitaqat Hub (Carte d’amour) et interprétée par Samira Saïd (alors Samira Bensaïd), étoile montante de la chanson marocaine, âgée alors de 22 ans.

Au Nederlands Congresgebouw de La Haye, la jeune talentueuse chante alors devant le public et le jury la nécessité de la paix entre les nations du monde, appelant les «enfants du monde» à se mobiliser pour exiger une «vie simple et heureuse, sans avidité et sans feu et sans voisins rivaux», selon les paroles de la chanson. Vêtue d’un caftan marocain traditionnel, Samira Said livre ainsi une performance époustouflante avec une voix sans faille, chantant ce message d’amour.

Histoire : Quand le Maroc participait pour la première fois à l’Eurovision