A Cadix, Albares élude l’état d’avancement du patrouilleur commandé par le Maroc à Navantia

© Fournis par Yabiladi

Les relations avec le Maroc s’invitent à tous les déplacements de José Manuel Albares. La visite effectuée, ce vendredi à Cadix, par le ministre espagnol des Affaires étrangères s’inscrit pourtant dans un cadre strictement partisan, rapportent des médias ibériques.

«Les négociations avec le Maroc continuent d'avancer. Nous sortons d'une crise profonde» a-t-il souligné. «Le gouvernement marocain collabore sur un dossier fondamental comme le contrôle de l'immigration irrégulière à la frontière», s’est félicité Albares. A cette occasion, il a réitéré la volonté de son exécutif d’avancer vers une reprise des relations avec le royaume sur de nouvelles bases.

Néanmoins à Cadix où la grogne sociale monte parmi les salariés des grandes entreprises d’armement, le ministre a évité d’aborder l’état d’avancement du contrat de construction dans les chantiers navals de la compagnie publique Navantia du patrouilleur commandé par le Maroc en janvier 2021. Face à un sujet de préoccupation pour les syndicats locaux, il s’est contenté d’apporter son soutien aux travailleurs de Navantia.

La semaine dernière, les syndicats ont mis en garde contre le ralentissement des activités dans les chantiers navals de la société. «L'accord entre l'Espagne et le Maroc est toujours en suspens», ont déploré des travailleurs dans des déclarations à un média local.

Pour rappel, en décembre dernier, Navantia avait démenti la suspension de la commande de la marine royale marocaine. «Les travaux d'ingénierie se poursuivent actuellement sans contretemps. Les appels d'offres ont également été approuvés pour l'achat du matériel dans les phases et les délais établis», avait assuré l’entreprise publique.

En octobre, le président de Navantia, Ricardo Domínguez avait annoncé que les travaux de construction du navire de guerre marocain n’avaient pas encore commencé. Il avait justifié ce retard par les négociations entreprises par le gouvernement marocain avec des banques pour le financement du projet d'acquisition.

A Cadix, Albares élude l’état d’avancement du patrouilleur commandé par le Maroc à Navantia