La vérité sur… les ténors français du droit africain

27670_1628276_k2_k1_3754211.jpg © Aurelien Morissard/Ip3/Press/Maxppp 27670_1628276_k2_k1_3754211.jpg

Alimentés par une histoire commune, les dossiers africains sont souvent hors norme. Une aubaine toujours aussi médiatique et lucrative pour le barreau de Paris.

Ouvert le 11 octobre à Ouagadougou au Burkina Faso, le procès de l'assassinat de Thomas Sankara, leader révolutionnaire qui dirigea ce pays de 1983 à 1987, devait faire comparaître son successeur Blaise Compaoré, accusé d'avoir ourdi son élimination. Mais cet ex-capitaine de l'Armée de l'air refuse de se présenter devant le tribunal militaire. Et les autorités judiciaires ne peuvent guère le contraindre: l'ancien président, emporté par une révolte populaire fin 2014, s'est réfugié en Côte d'Ivoire, pays d'exil dont il a aussitôt obtenu la nationalité préventivement à toute demande d'extradition. Derrière cette stratégie se trouve l'avocat Pierre-Olivier Sur dit "POS", qui dénonce "un procès totalement politique" .

Depuis plus de vingt ans, l'ex-bâtonnier du barreau de Paris est le défenseur attitré de l'ancien président burkinabé, mais aussi de son frère François Compaoré, impliqué dans une affaire d'homicide et exilé à Paris. Entre le dossier d'Isabelle Balkany ou celui de Laura Smet, "POS" est l'une de ces nombreuses "robes noires" pétries d'Afrique, à laquelle il a été initié par son professeur à Sciences-Po, qui sera le futur président de la Guinée, un certain Alpha Condé.

Causes perdues

Outre la fratrie Compaoré, l'avocat compte parmi ses clients Vital Kamerhe, l'ex-directeur de cabinet du président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, condamné en juin à treize ans de prison pour détournements de fonds publics, ou le banquier franco-béninois Lionel Zinsou pour ses démêlés avec un homme d'affaires burkinabé. Le dossier le plus retentissant reste néanmoins celui de Karim Wade, fils de l'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade, qu'il a défendu aux côtés de Jean-René Farthouat et Jean-Yves Le-borgne contre des accusations de détournements de fonds publics.

L'Afrique est un village qui attire de plus en plus nos ténors du barreau. Dans l'affaire Wade, Pierre-Olivier Sur a croisé le fer avec William Bourdon, alors conseil de l'Etat sénégalais. En quelques années, ce dernier s'est imposé dans le landerneau franco-africain. Avocat des causes perdues, il multiplie les interventions, passant de l'ex-chef de la diplomatie du Burkina, Djibrill Bassolé, aux victimes du dictateur tchadien Hissène Habré, condamné en 2017 à la prison à vie. Son coup d'éclat reste la condamnation à trois ans de prison avec sursis et à 30 millions d'euros d'amende, en juillet, du fils du président de Guinée équatoriale, Teodorin Obiang, pour s'être frauduleusement constitué un luxueux patrimoine en France. Une première victoire dans l'affaire dite des "biens mal acquis" qu'il a lancée avec l'ONG Transparency.

Cette procédure toujours en cours mobilise des dizaines d'avocats rivaux. Après Francis Szpiner, Olivier Pardo ou Isabelle Thomas-Werner, c'est Emmanuel Marsigny qui a le mieux fidélisé le fantasque vice-président équato-guinéen, malgré l'assaut de confrères désireux de le faire sortir du dossier. Surnommé le "marquis", il vole aussi au secours de la star de la rumba congolaise Koffi Olomidé, une affaire qu'il partage avec le cabinet du garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti.

Enjeux politico-économiques

Qu'est-ce qui fait courir ces praticiens pleins d'emphase vers le continent noir? Alimentés par une histoire commune - notamment le droit positif français exporté dans l'ex-empire colonial -, les dossiers africains sont souvent hors norme. Synonymes de médiatisation rapide, ils offrent une palette aussi étendue qu'insolite de clients: opposants persécutés, hommes d'affaires inquiétés, ministres en disgrâce…

"Les enjeux sont souvent exceptionnels avec des versants économiques et politiques", explique Patrick Klugman, qui sortit l'ex-patron d'Elf, Loïc Le Floch-Prigent, des geôles togolaises. "Dans des Etats de non-droit, l'argumentation juridique ne suffit pas. Il faut, par d'autres ressorts, aboutir au résultat qui nous est demandé. C'est ce qui est passionnant", ajoute-t-il.

Ces contentieux sont aussi un gage d'émoluments prometteurs. Bien qu'ils n'osent l'avouer, ces ténors à l'ego en bandoulière savent combien l'Afrique peut se montrer généreuse, a fortiori lorsqu'il s'agit d'assurer la représentation d'un président. L'un d'eux n'a-t-il pas un jour facturé 150.000 euros d'honoraires à la Guinée équatoriale pour un aller-retour à Malabo, une heure d'entretien avec l'homme fort du pays, Teo-dorin Obiang, et un mémo de trois pages? "Mon cabinet ne dégage pas un grand chiffre d'affaires avec ce continent, mais je suis riche des relations que j'y ai tissées", tempère cependant Pierre-Olivier Sur.

Nombre d'avocats, figures de la Françafrique, ont longtemps couru après cet argent facile. Mais la relation évolue. Les acteurs africains se montrent eux-mêmes plus exigeants. "Nous ne sommes plus au temps des valises et de l'argent sale", précise Patrick Klugman.

Compétences techniques

Ce virage est accentué par une nouvelle génération de praticiens chevronnés détachés de la relation souvent incestueuse entre Paris et les capitales subsahariennes. Parce qu'ils imposent de déambuler dans le droit pénal international, dans des saisies spectaculaires ou dans des circuits fiscaux de plus en plus inextricables, ces dossiers demandent une vraie compétence technique. "Jadis, il suffisait à un avocat de jouer sur ses réseaux et son entregent pour emporter une affaire. Ce n'est plus le cas", estime Emmanuel Marsigny.

Le temps où les octogénaires Jacques Vergès et Roland Dumas se précipitaient en pleine crise ivoirienne au chevet du président Laurent Gbagbo pour obtenir un mandat appartient à un passé révolu. Ces praticiens voient surtout dans cette Afrique changeante l'opportunité d'internationaliser leur expertise. "Nous dépassons le simple cadre juridique. Nous sommes à la frontière de la diplomatie, voire du lobbying politique avec une dimension culturelle passionnante", juge Mario-Pierre Stasi, défenseur de l'ancien Premier ministre togolais Agbéyomé Kodjo et de l'ancienne ministre togolaise Reckya Madougou, accusée de "terrorisme" et emprisonnée depuis neuf mois au Bénin.

La complexité des affaires encourage les élites africaines à plus d'exigence au détriment des paillettes. Jadis friand d'avocats médiatiques tel Jacques Vergès, le président congolais Denis Sassou Nguesso fait désormais appel au discret Kevin Grossmann, formé de l'autre côté de l'Atlantique.

Des jeunes pénalistes à l'offensive

Aux figures vieillissantes succède une nouvelle génération de pénalistes aguerris, travaillant avec leurs confrères africains. Parmi eux, Robin Binsard conseille l'ex-président de l'Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro, en délicatesse avec le régime d'Alassane Ouattara.

Il gère ce dossier avec Charles Consigny, 32 ans, ex-animateur de l'émission On n'est pas couché. "J'aime les dossiers perdus d'avance. Je suis enthousiaste à l'idée de renverser les rapports de force", explique Binsard, qui a obtenu la condamnation de la Côte d'Ivoire par les Nations unies.

A 37 ans, Antoine Vey mise aussi sur l'Afrique. "Nous menons une réflexion en profondeur sur le lien Europe-Afrique", avance le collaborateur d'Eric Dupond-Moretti. "Chaque pays est très différent. L'enjeu est, de comprendre ce continent loin des visions vétustes."

Parmi ses clients: l'ex-Premier ministre congolais Matata Ponyo Mapon, le magnat congolais Moïse Katumbi ou l'opposant camerounais Maurice Kamto.

 

UNE CLIENTÈLE VARIÉE:  Pierre-Olivier Sur Clients: Blaise et François Compaoré, Lionel Zinsou, Karim Wade. William Bourdon Clients: des victimes d'Hissène Habré, Etat du Sénégal, les parties civiles dans l'affaire des "biens mal acquis" (Theodorin Obiang). Emmanuel Marsigny Clients: Etat de Guinée équatoriale, le chanteur Koffi Olomidé. Mario-Pierre Stasi Clients: Agbéyomé Kodjo, Reckya Madougou. Antoine Vey Clients: Matata Ponyo Mapon, Moïse Katumbi./p>

Frédéric Lejeal

La vérité sur… les ténors français du droit africain