Covid au Brésil: le grand déballage qui secoue Bolsonaro au Sénat

Jair Bolsonaro, le 5 mai 2021 à Brasilia © EVARISTO SA Jair Bolsonaro, le 5 mai 2021 à Brasilia

Depuis trois semaines, une commission d'enquête du Sénat brésilien donne lieu à un grand déballage tendu, avec des témoignages accablants sur l'irresponsabilité du gouvernement de Jair Bolsonaro face à la crise du coronavirus et ses près de 445.000 morts.

IMAGES Alors que l'Amérique latine s'approche du cap du million de morts du Covid-19, des Brésiliens à Sao Paulo se rendent dans le méga centre de vaccination de Villa Lobos. © Florence GOISNARD IMAGES Alors que l'Amérique latine s'approche du cap du million de morts du Covid-19, des Brésiliens à Sao Paulo se rendent dans le méga centre de vaccination de Villa Lobos.

Les lettres "CPI", initiales de "commission d'enquête parlementaire" en portugais, s'affichent quotidiennement en une des journaux, et les chaînes de télévision diffusent des heures durant les auditions.

Depuis son installation, la CPI a déjà livré un spectacle haut en couleur, avec insultes, prises de bec, menaces d'arrestation. Et même un bref malaise d'un ex-ministre de la Santé.

Les Brésiliens, souvent médusés, voient défiler chaque jour des anciens ministres ou membres actuels du gouvernement sommés de répondre aux questions de sénateurs qui tentent de comprendre la raison d'une telle hécatombe. 

L'ex ministre de la Santé Eduardo Pazuello (G), parle aux côtés des sénateurs Omar Aziz (C) et Renan Calheiros (D), respectivement président et rapporteur de la commission parlementaire d'enquête qui enquêtera sur la gestion de la pandémie, à Brasilia le 19 mai 2021 © Sergio Lima L'ex ministre de la Santé Eduardo Pazuello (G), parle aux côtés des sénateurs Omar Aziz (C) et Renan Calheiros (D), respectivement président et rapporteur de la commission parlementaire d'enquête qui enquêtera sur la gestion de la pandémie, à Brasilia le 19 mai 2021

Sans le déni du président Jair Bolsonaro face à l'ampleur de la crise sanitaire et son mépris des règles de distanciation physique, "combien de vies auraient pu être sauvées?", a accusé à plusieurs reprises Randolfe Rodrigues, vice-président de la commission. 

Refus d'offres de vaccins de Pfizer, achats en masse de médicaments inefficaces contre le virus, inaction face à une tragique pénurie d'oxygène à Manaus (nord): les accusations pleuvent et les personnalités auditionnées doivent relater leurs moindres faits et gestes depuis le début de la pandémie.

Des patients affectés par le coronavirus dans un hôpital de campagne installé dans une salle de sport, à Santo Andre, État de Sao Paulo, Brésil, le 26 mars 2021 © Miguel SCHINCARIOL Des patients affectés par le coronavirus dans un hôpital de campagne installé dans une salle de sport, à Santo Andre, État de Sao Paulo, Brésil, le 26 mars 2021

"Le gouvernement est dans les cordes. Chaque jour, il y a de nouvelles révélations et l'étau se resserre, notamment autour de Bolsonaro, dont la responsabilité est de plus en plus mise en évidence", dit à l'AFP Geraldo Monteiro, politologue à l'Université de l'Etat de Rio de Janeiro (Uerj).

Covid au Brésil: le grand déballage qui secoue Bolsonaro au Sénat