Pérou: 18 morts lors d'une attaque armée attribuée au Sentier Lumineux

Un massacre de 18 villageois a eu lieu dans la région du Vraem réputée dangereuse au Pérou (Image d'illustration). © Rodrigo Abd/AP Un massacre de 18 villageois a eu lieu dans la région du Vraem réputée dangereuse au Pérou (Image d'illustration).

Au Pérou, 18 personnes ont été assassinées dimanche soir dans la zone connue comme le Vraem, principale zone de production de drogue du pays. Les forces armées péruviennes ont attribué ce massacre au Sentier Lumineux, guérilla maoïste née dans les années 1970 et qui s’est mué depuis en un mouvement narcoterroriste dont certains membres sont toujours actifs dans cette zone sous contrôle militaire.

Avec notre correspondante à Lima, Wyloën Munhoz-Boillot

Après avoir retrouvé les restes carbonisés de quatorze personnes lundi matin près du village de San Miguel del Ene, le bilan a augmenté ce mardi 25 mai à 18 villageois tués. Selon le chef de la police antiterroriste Oscar Arriola à la télévision, les victimes sont dix hommes et six femmes, outre les deux enfants. Ils ont été tués dans le Vraem, la Vallée des fleuves Apurimac, Ene et Mantaro théâtre de réguliers affrontements entre narcoterroristes et militaires. 

Dans un communiqué, les forces armées ont attribué ce massacre à l’organisation du Sentier Lumineux, dirigée par Victor Quispe Palomino, alias « José », qui compte encore quelques centaines de membres actifs dans le Vraem.

À travers son compte Twitter, le chef d’État péruvien Francisco Sagasti a condamné ces assassinats et ordonné le déploiement des forces armées et de la police nationale dans la zone, afin que « cette action terroriste ne reste pas impunie ». De son côté, le procureur de la République a chargé une unité spécialisée dans le terrorisme d’ouvrir une enquête.

Peur d'une augmentation des tensions politiques

Certains craignent que ce massacre n’aggrave les tensions, alors que le pays est déjà très divisé par la campagne pour le second tour de la présidentielle. Car selon les forces armées, des flyers appelant les Péruviens à ne pas participer au scrutin présidentiel du 6 juin prochain ont été retrouvés sur le lieu du crime. 

Or, depuis le début de la campagne, la candidate de la droite populiste Keiko Fujimori accuse son rival, le candidat de la gauche radicale, de liens avec le bras politique du Sentier Lumineux, ce que nie fermement Pedro Castillo. Suite au massacre, ce dernier a d’ailleurs condamné ce qu’il a qualifié d’« attentat terroriste ». Par ailleurs, plusieurs voix se sont élevées au sein de la classe politique péruvienne pour appeler à éviter l’instrumentalisation de ce crime à des fins électorales.

►À lire aussi : Reportage - Pérou: des milliers de manifestants contre la candidate de droite Keiko Fujimori

Pérou: 18 morts lors d'une attaque armée attribuée au Sentier Lumineux