Nouvelle arrivée de mercenaires de Wagner au Mali

Mercenaires de Wagner en Centrafrique en 2020 © N. Talel/Andalou Agency/AFP Mercenaires de Wagner en Centrafrique en 2020

Un Tupolev Tu-154M de l'armée de l'air russe a atterri tôt ce matin sur l'aéroport de Bamako, après un passage en Syrie, en Libye et au Soudan. A son bord, une trentaine de mercenaires de Wagner et des officiels russes.

Pour une société qui n'est pas censée être au Mali, cela commence à faire beaucoup. Selon nos informations, une trentaine de mercenaires de la société paramilitaire russe Wagner, accompagnés de quelques officiels russes, ont atterri ce matin à 6h48 à l'aéroport de Bamako. Selon le même mode opératoire que les "arrivages" précédents, ils ont été déployés par l'armée de l'air russe, dans un Tupolev Tu-154M du détachement air n°223, dont l'arrivée a été enregistrée par le site Flightradar24. L'appareil, parti de Moscou le 27 janvier, a d'abord desservi la base russe de Lattaquié, en Syrie, avant de passer par le Soudan (Khartoum), puis la Libye (Benghazi), deux théâtres où Wagner est très présent, et donc le Mali.

L'avion, immatriculé RA-85041, est bien connu des services de renseignement américains et européens. Il avait déjà été utilisé pour des déploiements de Wagner ces dernières années. En mars 2021, un rapport d'un panel d'experts de l'ONU sur la situation en Libye évoquait explicitement l'appareil comme un moyen de transport traditionnel de Wagner. "Le panel a établi que les Tupolev Tu-154M du détachement air n°223 (immatriculation RA-85041 et RA-85155) ont été utilisés pour le transport aérien de Wagner et ses filiales sur plusieurs opérations", indiquait le rapport. Le service de renseignement ukrainien, le SBU, avait indiqué début 2019 que ces avions avaient transporté plus d'un millier de combattants de Wagner en 2018, notamment au Soudan et en Centrafrique.

Plus de 600 combattants Wagner au Mali

Cette nouvelle arrivée de mercenaires de Wagner porte à plus de 600 le nombre de combattants déployés au Mali, comme l'indiquait Le Monde le 28 janvier. Les effectifs, estimés à 450 opérateurs le 20 janvier, ont donc augmenté de 150 paramilitaires en une dizaine de jours. Ce chiffre devrait encore grimper ces prochaines semaines, pour atteindre probablement un millier de combattants, selon une source familière du théâtre sahélien.

Le point d'entrée de Wagner au Mali est un nouveau camp, en construction depuis novembre au sud des pistes de l'aéroport de Bamako, dont Challenges a publié des images satellites le 24 janvier. Après avoir accueilli des tentes à partir de novembre, il est désormais équipé d'une demi-douzaine de baraquements en dur, et a fait l'objet d'une certaine activité ces derniers jours, avec l'arrivée de blindés. Une soixantaine de blindés avaient déjà été repérés sur place la troisième semaines de décembre, un déploiement bien visible sur des photos aériennes obtenues par Challenges le 24 janvier.

© Fournis par Challenges

Le camp de Wagner sur l'aéroport de Bamako (photo: Challenges/ Airbus Intelligence / Preligens)

Les mercenaires russes, équipés de blindés des forces armées maliennes (Typhoon notamment), sont ensuite déployés dans le centre du pays, dans les régions de Mopti, Sévaré, Ségou. Comme révélé par Challenges, ils ont aussi pris pied à Sofara, sur une base du Bataillon autonome des forces spéciales et des centres d'aguerrissement (BAFS-CA), l’unité que commande le colonel Assimi Goïta, nouvel homme fort du pays depuis le putsch de mai 2021. Quelques éléments de Wagner, accompagnant des instructeurs de l'armée russe, ont également été identifiés à Tombouctou, que Barkhane a quitté il y a quelques semaines.

Bamako dément toujours

La junte malienne a toujours démenti tout déploiement de Wagner, assurant que les seuls éléments russes sont des instructeurs de l'armée russe. La position apparaît de plus en plus difficile à tenir vu le rythme de déploiement des paramilitaires. Le contrat de la junte malienne avec Wagner était estimé à six milliards de francs CFA (environ 9,15 millions d’euros) par mois par Reuters en septembre dernier.

Nouvelle arrivée de mercenaires de Wagner au Mali