Billets de train et d'avion : des conditions d'annulation favorables, mais jusqu'à quand ?

Depuis deux ans, la plupart des compagnies de transports, ferroviaires ou aériennes, ont assoupli leurs conditions d'échange et d'annulation. Mais cela va-t-il être pérennisé ? © JOE RAEDLE / AFP Depuis deux ans, la plupart des compagnies de transports, ferroviaires ou aériennes, ont assoupli leurs conditions d'échange et d'annulation. Mais cela va-t-il être pérennisé ?

Pour les voyageurs, c'est sans doute l'un des principaux bénéfices de la crise du Covid-19. Depuis près de deux ans, la plupart des compagnies de transports, ferroviaires ou aériennes, assouplissent leurs conditions d'échange et d'annulation pour encourager leurs clients à réserver «quand même» en toute sérénité. Finie la rigidité d'avant crise avec des billets non modifiables ou non remboursables ou d'exorbitantes pénalités en cas de changement. On peut annuler sa réservation jusqu'au dernier moment et être remboursé à 100 % sans avoir à se justifier. Mais jusqu'à quand ?

Les opérateurs ont plusieurs fois prolongé ces mesures au gré de la situation sanitaire ou simplement pour s'aligner sur leurs concurrents. Mais cette flexibilité a un coût, un transporteur n'ayant pas la garantie de revendre une place annulée en dernière minute, et certains d'entre eux - citons Ryanair* côté aérien - rétablissent déjà leurs anciennes règles d'échange et d'annulation. Un rétropédalage périlleux, puisqu'il risque de froisser les clients habitués depuis deux ans à cette flexibilité totale.

Dans l'abandon de cette mansuétude, les transporteurs avancent en ordre dispersé. Chacun sa règle, chacun ses dates de fin. Pour vous aider, voici un tour d'horizon des mesures commerciales mises en place par les principaux transporteurs aériens et ferroviaires - et de leur date de fin. Une chose est sûre : si vos vacances sont déjà prévues, ne tardez pas pour réserver !

Côté avion

  • Air France

Jusqu'à quand ? Jusqu'au 31 janvier pour des voyages jusqu'au 30 juin

La compagnie nationale, à la pointe en termes de flexibilité jusqu'à peu, est en train de perdre son avance. Air France s'est en effet longtemps démarquée de la concurrence en garantissant l'échange et le remboursement sans frais de tous ses billets, et ce jusqu'à l'heure du départ du vol. Une stratégie payante, puisqu'elle lui a permis de gagner des parts de marché sur les moyen-courriers. Air France a toutefois décidé de rentrer dans le rang. Désormais, seuls les billets achetés avant le 31 janvier pour les vols prévus avant le 30 juin seront remboursables.

Néanmoins, vu la situation sanitaire internationale, on imagine mal la compagnie revenir dans l'immédiat aux règles d'avant la crise, à savoir des billets « Light » non échangeables et non remboursables et des pénalités allant de 70 à 150 € pour les billets « Standard ». Il y a donc fort à parier qu'Air France module à nouveau les restrictions. Souhaitons simplement qu'elle accouche d'un système simple et compréhensible par tout le monde. Un conseil, donc, si vous avez l'intention de voyager avant le 30 juin 2022, achetez vos billets avant le 31 janvier même si vous n'êtes pas sûr de votre voyage. Quitte à vous le faire rembourser en cas de changement.

» LIRE AUSSI - Air France augmente ses prix pour utiliser du carburant durable

  • Transavia

Jusqu'à quand ? Pas de date de fin annoncée

Chez Transavia, bien que les explications du site internet manquent de clarté, le système est en réalité très simple. Ici, ce n'est pas la date de voyage qui importe mais la date d'achat du billet. Pour le moment et jusqu'à nouvel ordre, vous avez droit à la flexibilité sans pénalité avec uniquement un réajustement tarifaire en cas de changement de vol ou de destination. Les billets ne sont en revanche plus remboursables.

  • easyJet

Jusqu'à quand ? Pour des voyages prévus jusqu'au 31 mars 2022

Les billets sont modifiables sans frais jusqu'à deux heures avant le départ et sans restriction de destination. Ces billets pourront être reportés sur tous les vols actuellement en vente jusqu'à la fin du mois de septembre 2022. En revanche aucun billet n'est remboursable.

Côté train

Là aussi, les voyageurs ne profiteront plus longtemps de la flexibilité des billets. Elle prendra fin prochainement chez TGV Lyria, Eurostar et Thalys, tandis que la SNCF (pour les TGV inOui et Intercités uniquement) et Trenitalia vont continuer à l'appliquer sans date de fin. Mais ces opérateurs finiront-ils eux aussi par faire machine arrière ?

  • SNCF

Jusqu'à quand ? Pas de date de fin annoncée

Tous les billets sont échangeables et remboursables sans frais jusqu'à trois jours avant le départ pour les TGV inOui nationaux et les Intercités. À moins de trois jours avant le départ, les conditions habituelles s'appliquent, à savoir une pénalité de 15 € par billet TGV inOui ou 40 % du prix du billet avec retenue maximum de 12 € sur les Intercités à réservation obligatoire. Cette flexibilité à J-3, pérennisée en juin 2021, est devenue la norme et la compagnie ferroviaire s'est engagée à ne pas revenir sur cette mesure.

Chez Ouigo, la filiale à bas coût de la SNCF, l'annulation et le remboursement ne sont pas possibles. Les billets peuvent être échangés jusqu'à 1h30 avant le départ, moyennant des frais de 10 € et un éventuel réajustement tarifaire si la nouvelle réservation est plus chère. Le nom et prénom de la réservation peuvent être modifiés également pour 10 € ; utile si vous souhaitez céder le billet à un autre passager.

  • TGV Lyria

Jusqu'à quand ? Jusqu'au 31 mars

Sur les liaisons entre la France et la Suisse assurées par TGV Lyria, l'échange sans frais est possible jusqu'à l'heure du départ jusqu'au 31 mars inclus. L'annulation du billet engendre des frais de 30 €.

  • Eurostar

Jusqu'à quand ? Jusqu'au 31 janvier 2022

Les billets Standard et Standard Premier peuvent être échangés à volonté et sans frais jusqu'à l'heure de départ prévue (avec éventuel réajustement tarifaire). La mesure va être durcie après cette date, puisque l'échange se fera alors sans frais jusqu'à J-7. À moins de sept jours avant le départ, chaque échange sera facturé entre 40 et 50 € (pas de frais pour les enfants). L'annulation et le remboursement ne sont pas possibles, sauf si vous avez réservé en Business Premier.

» LIRE AUSSI - Voyager en train en Europe : quelle compagnie ferroviaire emprunter depuis la France ?

  • Thalys

Jusqu'à quand ? Pour des réservations effectuées jusqu'au 27 juin

Pour Thalys, qui dessert l'Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas depuis Paris, toutes les réservations effectuées jusqu'au 27 juin peuvent être modifiées jusqu'à l'heure du départ. Pour les tarifs initialement non échangeables (Standard mini, Confort mini…), les billets sont exceptionnellement modifiables, moyennant des frais de 5 € par billet (avec éventuel réajustement tarifaire). En revanche, l'annulation et le remboursement ne sont possibles que si les conditions d'après-vente du tarif choisi le permettent.

À noter qu'aucune mesure spécifique n'est mise en place en cas de restrictions de déplacement dans le pays de destination (comme c'est par exemple le cas aux Pays-Bas où un confinement est en vigueur jusqu'au 14 janvier inclus). Dans ce cas, vous pouvez seulement modifier le billet et choisir une date de voyage ultérieure.

» LIRE AUSSI - Le Thalys nouveau arrive : nous avons visité les rames en exclusivité

  • Trenitalia

La compagnie italienne, qui circule depuis le 18 décembre dernier entre Paris, Lyon et Milan, propose des conditions d'échange et d'annulation très flexibles. L'échange pour une autre date peut se faire sans frais et de manière illimitée jusqu'à une heure après le départ du train. Les billets sont également annulables et remboursables jusqu'à l'heure de départ prévue avec une retenue de 20 %.

» LIRE AUSSI - Paris-Lyon: nous avons testé la différence entre la SNCF et Trenitalia

*Chez Ryanair, aucun billet n'est remboursable et toute modification est facturée 45 €, en plus du réajustement tarifaire. Notez que le changement de destination n'est pas possible.

Billets de train et d'avion : des conditions d'annulation favorables, mais jusqu'à quand ?