Match Maroc-RDC : Tshisekedi en quête de tribune ?

La venue aux frais du contribuable de Félix Tshisekedi et d’une vingtaine d’élus congolais au match de barrage de la Coupe du monde de ce mardi, à Casablanca, fait polémique. Mais le président semble avoir besoin de faire redécoller sa cote de popularité…

© Damien Glez © Damien Glez © Damien Glez

On cherche la popularité là où l’on peut. Au moment même où le président de la République démocratique du Congo vient d’annoncer son désir « de rempiler » à la tête de l’État à l’issue des élections de 2023, un rapport-sondage affirme que la cote de popularité de Félix Tshisekedi est en « chute vertigineuse ». Le document intitulé L’an 3 de Tshisekedi. La fin de l’embellie ? a été réalisé par le Bureau d’études, de recherche et de consulting international (Berci), le Groupe d’étude sur le Congo (GEC) de l’université de New York, et l’institut congolais Ebuteli…

Polémique sur Tik Tok

Panem et circenses (« du pain et des jeux du cirque »), préconise l’adage latin, en cas de mise à l’index du pouvoir. La présence du président de la RDC au match de barrage retour des éliminatoires de la Coupe du monde 2022 – qui oppose, ce mardi à Casablanca, les Léopards de la RDC aux Lions de l’Atlas du Maroc – a donc été évoquée. De quoi, déjà, faire parler les plus grognons, comme l’entrepreneur et candidat malheureux à la précédente présidentielle Seth Kikuni qui regrette, dans une vidéo Tik Tok virale, que l’autoproclamé « premier supporter » ne voyage pas en vol commercial et en classe économique.

https://www.tiktok.com/@sethkikuni/video/7080011333407624454

La polémique naissante a pris une autre dimension lorsque les autorités ont annoncé qu’une armée d’élus se rendrait également au match. Selon l’ordre de mission, la délégation du Parlement compte pas moins de 20 députés et trois conseillers du président de la chambre, tous « à charge de l’Assemblée nationale ». L’intitulé officiel de cette mission censément éloignée de la gestion législative est la participation « à la confortation de la qualification mondiale 2022 ».

Échappatoire ?

Le sang des twittos n’a fait qu’un tour. Pour « Maître Hilarion », « tous ces officiels, @fatshi13 [le chef de l’État] compris » s’engouffrent dans cet événement, car « soutenir les Léopards n’exige aucune compétence ». Les élus miseraient sur une qualification pour noyer un maigre bilan dans l’euphorie patriotique. Décidément fâché, le même internaute regrette qu’un budget astronomique soit en passe d’être dépensé pour cette délégation, « alors que les enseignants sont sous-payés » et que « des millions d’élèves suivent les cours assis à même le sol »…

À lire RDC : les « 145 territoires », le plan de Tshisekedi pour être réélu en 2023

Toujours sur Twitter, Litsani Choukran regrette que le président de la République envisage de se déplacer avec l’équipe nationale de football pour assister à un match, tandis que les Forces armées de la RDC « sont toujours seules à Beni » où des attaques continuent d’endeuiller la nation…

https://twitter.com/LitsaniChoukran/status/1507444728572305411?s=20&t=-o4_8Ng1XrxOLg2QFgsT6g

Le spectacle footballistique n’est-il qu’une échappatoire pour politiciens en mal de bilan ? Si l’enjeu sportif est formellement déterminant pour la présence éventuelle des Léopards à la phase finale de la compétition au Qatar, l’enjeu politique n’est pas moindre : gare au retour de bâton, si la légion d’élus dépensiers envoyés au Maroc, aux frais du contribuable, devait assister à une défaite…

Match Maroc-RDC : Tshisekedi en quête de tribune ?