Marine Le Pen, le Phénix qui renaît de ses cendres?

Marine Le Pen la candidate du Rassemblement national. © Christophe Simon/AFP Marine Le Pen la candidate du Rassemblement national.

Il y a vingt ans, la France était ébranlée par un coup de tonnerre politique : la présence de Jean-Marie Le Pen, candidat d'extrême-droite, au second tour de la présidentielle de 2002. Depuis, de l'eau a coulé sous les ponts et le paysage politique a beaucoup changé. Dimanche prochain, c'est sa fille, Marine Le Pen, qui affrontera Emmanuel Macron dans les urnes.

A trois jours du second tour de l'élection présidentielle 2022, les deux finalistes essayent de convaincre les électeurs encore indécis de voter pour eux. Hier, lors de leur débat télévisé, ils ont affiché leurs désaccords au sujet de l'Union européenne, du voile musulman, de la Russie ou encore du pouvoir d'achat des Français, un sujet cher à Marine Le Pen.

Un parti en heritage

" Marine présidente", les partisans du Rassemblement National veulent encore y croire même si les sondages ne leur sont pas favorables. Car depuis sa défaite à la précédente élection présidentielle en 2017, leur candidate a retravaillé son style et adopté un ton moins agressif. Des changements que Marine Le Pen, elle-même, reconnaît volontiers." C'est le Phénix qui renaît de ses cendres" dit-elle sur un ton décontracté avant de préciser que "la réalité c'est que je me suis remise au travail. J'ai refondé le mouvement dont j'étais la présidente et dont j'ai laissé la présidence. J'ai rencontré des centaines de milliers de Français. J'ai un projet qui est extrêmement crédible, qui est sérieux, qui est financé…"

Lire aussi: Présidentielle en France: la percée de l'extrême-droite

Pour comprendre le parcours de Marine Le Pen, il faut faire un petit retour en arrière et évoquer l'ancien Front national, rebaptisé Rassemblement national pour solder l'héritage sulfureux de son père, Jean-Marie.

L'ancien parachutiste a fondé le rassemblement de droite radicale des anciens combattants et des ultras nationalistes dans les années 1970 et a déclenché un séisme politique en 2002 quand il s'est retrouvé au second tour face à Jacques Chirac à l'élection présidentielle, qui l'écrasera au second tour avec 87% des voix.

Lorsque Marine prend la tête du parti en 2011, elle s'efforce de polir son image, de faire oublier qu'il s'agit d'un parti d'extrême droite, un terme qu'elle n'apprécie guère.

Une nouvelle page

Lors de la présidentielle de 2017, à la suite de sa défaite face à Emmanuel Macron, Marine Le Pen liquide le Front national et fonde le Rassemblement National (RN).

Un pas de plus vers une image plus conformiste, deux ans après avoir exclu son père, dont les remarques racistes et antisémites gênait sa nouvelle stratégie.

Difficile de dire si le processus de "dédiabolisation" de son parti a porté ses fruits : une part croissante de Français assume son vote pour l'extrême droite mais les tentatives de faire oublier les idées radicales sur le voile islamique ou l'immigration ne semblent pas convaincre les électeurs du centre.

Lire aussi: Réactions en Afrique au score réalisé par Marine Le Pen

Marine Le Pen concentre son effort presque exclusivement sur les questions sociales, l'augmentation des pensions, le salaire minimum, la retraite à 60 ans, le pouvoir d'achat... en visant un électorat populaire et souvent rural.

Marine Le Pen a pourtant été élevée dans un cadre bourgeois, dans le manoir de Montretout, situé dans le quartier huppé de Saint-Cloud, proche de Paris.

Attachée à une histoire glorieuse de la France, l'ancienne eurodéputée critique aussi l'intégration européenne et plaide pour une "Europe des nations".

" Nous croyons à la souveraineté des peuples, à l'Europe des nations. Chacun trouve sa souveraineté et son pouvoir. Marine Le Pen organisera un référendum sur l'immigration, qui rendra la Constitution française supérieure à la jurisprudence européenne. Ce projet n'est ni de droite ni de gauche" explique Philippe Ballard, porte-parole du Rassemblement National.

Lire aussi: Comparaison de l'extrême-droite en France et en Allemagne

Méfiance et interrogations

Si Marine Le Pen est plus ou moins parvenue à adoucir son image, au point que certains Français la considèrent comme présidentiable, Pascal Perrineau, politologue à Sciences Po Paris et spécialiste de l'extrême droite, relève toutefois que nombreux sont ceux qui restent encore méfiants."Le Rassemblement national continue de faire peur à certains Français. Ce parti est considéré comme un parti solitaire. Les Français se demandent qui sont ses alliés, si Marine Le Pen aurait la capacité de former une équipe gouvernementale de personnes compétentes et solides " précise t-il.

Pour l'heure, le président sortant Emmanuel Macron est donné vainqueur dans les sondages pour le second tour de la présidentielle et il est peu probable que le débat de mercredi puisse faire bouger les lignes.

Auteur: Barbara Wesel, Carole Assignon

Marine Le Pen, le Phénix qui renaît de ses cendres?