56 000 nouveaux cas en France, peu de cas graves pour Omicron… le point sur le coronavirus

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants : un point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19 en France et dans le monde.

© REUTERS/Stephane Mahe

La situation en France

Plus de 56.000 nouveaux cas de contamination au Covid-19 ont été détectés au cours des dernières 24 heures, et près de 2.500 personnes étaient en soins critiques jeudi, un chiffre en légère hausse par rapport à la veille, selon les chiffres de Santé publique France.

Précisément 56.854 nouveaux cas ont été confirmés, selon les chiffres de Santé publique France. Il était à plus de 61.000 mercredi, selon l'agence sanitaire. Jeudi matin, le ministre de la Santé Olivier Véran avançait un chiffre bien plus élevé et un record de contaminations en 24 heures, à 72.000. Un niveau jamais atteint en deux ans de crise sanitaire. Le précédent record, environ 70.000, datait de début novembre 2020. Dans le même temps, la pression hospitalière se poursuit avec un total de 2.461 malades (2.426 mercredi), traités dans les unités de soins critiques qui s'occupent des formes graves de la maladie. En 24 heures, 243 patients ont intégré ces services.

On en comptait 1.007 seulement le 23 novembre, au plus bas avant l'arrivée de la cinquième vague de la pandémie en France. Les hôpitaux soignent désormais 13.363 malades du Covid-19 hospitalisés (+1.250 en 24 heures). Signe de la tension que vivent les hôpitaux, six régions ont déjà réactivé le plan blanc, dont l'Ile-de-France mercredi, permettant notamment de déprogrammer des opérations et de réaffecter des personnels vers les services de soins critiques. Les données sur sept jours, qui lissent les variations quotidiennes et donnent une tendance de fond, sont aussi à la hausse. On enregistre jeudi 6.068 hospitalisations sur une semaine. Pour les admissions en soins critiques, les chiffres sont respectivement à 1.405 patients contre 1.381 patients mercredi.

L'épidémie a entraîné la mort de 130 patients à l'hôpital en 24 heures, selon les chiffres de SPF disponibles sur la base de données Géodes. Un total de 120.168 patients sont décédés du Covid-19 depuis le début de l'épidémie. Concernant la vaccination, 52.213.976 personnes ont reçu au moins une injection (77,4% de la population totale) et 51.133.749 personnes sont entièrement vaccinées (75,8% de la population totale). Depuis début septembre, 12.985.227 personnes ont reçu une dose de rappel.

Omicron compte pour l’instant peu de cas graves

Le variant Omicron touche davantage de pays en Afrique et le nombre de cas de Covid-19 a bondi de 93% sur le continent en une semaine mais, "signe d'espoir", les hospitalisations restent peu nombreuses en Afrique du Sud où il a été détecté en premier, a indiqué jeudi l'OMS-Afrique.

Dans son point de presse hebdomadaire en ligne, le bureau régional pour l'Afrique de l'Organisation mondiale de la santé a en outre insisté sur la nécessité d'améliorer la couverture vaccinale sur le continent, qui en moyenne reste très faible. L'Afrique a enregistré plus de 107.000 nouveaux cas de Covid-19 durant la semaine qui s'est achevée le 5 décembre (contre 55.000 la semaine précédente), la part d'Omicron restant à déterminer dans cette augmentation. L'Afrique australe a enregistré la plus forte hausse, de 140% en moyenne.

De premières données en provenance d'Afrique du Sud indiquent que le variant "Omicron pourrait causer des formes moins sévères de la maladie", précise l'OMS-Afrique dans un communiqué diffusé en parallèle au briefing. En effet, entre le 14 novembre et le 4 décembre, le taux d'occupation des lits d'hôpital en soins intensifs y était de seulement 6,3%. Selon la même source, "l'Afrique compte actuellement pour 46% des près de 1.000 cas d'Omicron signalés par 57 pays à travers le monde". Jusqu'à présent, dix pays africains ont rapporté des cas de ce variant.

L'OMS-Afrique a réitéré dans son point de presse son désaccord face aux interdictions de voyages, décrétées "par plus de 70 pays, qui visent principalement les pays d'Afrique australe", mesures selon elle inefficaces et injustes à l'égard de pays qui ont été "transparents avec leurs données".

Le bureau régional de l'OMS a par ailleurs rappelé que seulement 7,8% des Africains étaient entièrement vaccinés contre le Covid-19. Une situation "dangereuse qui ne peut perdurer", a jugé le Dr Richard Mihigo, coordinateur du programme de vaccination de l'OMS-Afrique. L'approvisionnement du continent en vaccins continue de s'améliorer, a-t-il souligné. Il faut maintenant progresser dans "le déploiement" et l'administration des vaccins en particulier aux personnes les plus vulnérables.

Un nouveau système de fourniture de vaccins va être mis en place, qui sera plus adapté aux besoins et aux capacités des pays à les utiliser, a précisé le Dr Mihigo, interrogé sur la non utilisation par certains pays de toutes les doses reçues, certaines finissant par être périmées et jetées. Parmi les pays les plus en retard dans les programmes de vaccination, le Dr Mihigo a cité le Tchad, Djibouti, la République démocratique du Congo (RDC). "Nous travaillons avec ces pays pour augmenter leur capacité de vaccination", a-t-il dit.

Le bilan dans le monde

La pandémie a fait au moins 5.278.777 mortsdans le monde depuis fin 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles jeudi à 11H00 GMT.

Les Etats-Unis sont le pays le plus endeuillé avec 794.498 morts, devant le Brésil (616.457), l'Inde (474.111), le Mexique (295.894) et la Russie (286.004).

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie dans le monde pourrait être deux à trois fois plus élevé.


Aussi sur MSN - Variant Omicron: «Les cas sont pour la plupart légers», rassure l'EMA

56 000 nouveaux cas en France, peu de cas graves pour Omicron… le point sur le coronavirus