Inondations en Allemagne : une première aide de 400 millions d’euros pour les sinistrés

Angela Merkel a tenu une conférence de presse dans les décombres de la ville de Bad Munstereifel (Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie), ce mardi. © Christof Stache Angela Merkel a tenu une conférence de presse dans les décombres de la ville de Bad Munstereifel (Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie), ce mardi.

Près d’une semaine après le déluge qui a fait 170 morts dans l’ouest de Allemagne, le gouvernement de Merkel va débloquer une rapide aide d’urgence de plusieurs centaines de millions de d’euros.

Des maisons éventrées, des voitures balayées, un glissement de terrain qui a emporté une partie de la commune de Erftstadt. Dans l’ouest de l’Allemagne, les dégâts matériels provoqués par les récentes inondations, qui ont causé la mort de 170 personnes, selon le dernier bilan en date, sont colossaux. Pour soulager les sinistrés, le gouvernement d’Angela Merkel va débloquer ce mercredi une première aide substantielle. La reconstruction s’annonce longue et coûteuse.

Dans un projet de loi qui devra être adopté en Conseil des ministres, Berlin et les régions, compétentes en matière de protection civile, s’engagent à verser à parts égales une somme de 400 millions d’aides immédiates, selon un document qui a filtré dans plusieurs médias allemands. L’objectif étant de sécuriser, dans un premier temps, des bâtiments et infrastructures endommagés dans les régions les plus meurtries par les crues, pour certaines privées d’eau potable et d’électricité.

En visite mardi en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, dans la cité médiévale de Bad Münstereifel dévastée par les pluies diluviennes, la chancelière allemande a promis une aide rapide, «dans les prochains jours» et «sans bureaucratie». Cette première aide financière constitue un tout premier pas. Ces sommes seront complétées par «un programme de reconstruction en milliards d’euros, pour qu’on reparte vite de l’avant», a déclaré le ministre des Finances Olaf Scholz dans un entretien au Rheinische Post.

«Travail de longue haleine»

Berlin envisage aussi de faire appel au fonds de solidarité européen qui soutient financièrement les Etats membres de l’Union européenne en cas de catastrophe naturelle. Par ailleurs, l’Etat réfléchit à la création de son propre fonds, alimenté aussi par toutes les régions allemandes afin de pouvoir débloquer des aides encore plus rapidement en cas de nouvelle catastrophe. En 2013, lors des crues de l’Elbe et du Danube dans huit Etats régionaux, l’Etat allemand avait mis en place un fonds d’aide de plus de 8 milliards d’euros.

La remise en état des villes et des infrastructures sera «un travail de longue haleine», a reconnu Angela Merkel mardi. «Nous ne vous oublierons pas de sitôt», a-t-elle assuré aux habitants de Bad Münstereifel. Le prétendant conservateur à sa succession, Armin Laschet, avait lui parlé de «mois, voire d’années» avant d’effacer les plaies du drame.

Sept jours après le sinistre, il est encore trop tôt pour établir une évaluation précise des dégâts, a estimé le ministre des Transports Andreas Scheuer. «Dans la vallée de l’Ahr, nous avons 20 ponts sur 35 qui sont détruits. Cela laisse entrevoir la tache énorme qui nous attend», a-t-il souligné dans un entretien au journal local Passauer Neue Presse. De son côté, la compagnie publique de chemins de fer a fait état de «dégâts massifs» dans 80 gares. En Rhénanie-Palatinat et Rhénanie-du-Nord-Westphalie, les deux Länder les plus affectés par les pluies diluviennes, plus de 600 kilomètres de voies ont été détruites.

Les assureurs s’attendent dans tous les cas à verser des dédommagements records. L’année 2021 risque de devenir la plus coûteuse pour les compagnies du secteur depuis 2013, quand les dommages avaient atteint 9,3 milliards d’euros, a estimé Jörg Asmussen, dirigeant de la fédération de la branche.

Le bilan provisoire de 170 morts pourrait encore s’alourdir, a estimé Sabine Lackner, vice-présidente de l’Agence fédérale allemande de secours technique (THW), peu confiante sur le fait de retrouver des survivants près d’une semaine après les inondations. «Actuellement, nous sommes toujours à la recherche de personnes disparues, par exemple lors du déblaiement des chemins ou du pompage des caves», a-t-elle déclaré à la Redaktions Netzwerk Deutschland. Cependant, il est malheureusement très probable que nous ne pourrons plus secourir [personne].» A ce décompte allemand, viennent s’ajouter les 31 personnes décédées en Belgique, portant le bilan provisoire des intempéries en Europe à 201 victimes.

Inondations en Allemagne : une première aide de 400 millions d’euros pour les sinistrés