Huawei : « Nous voulons donner à voir le potentiel de l’Afrique ! »

© Huawei

Les débats sur la 5G n'ont pas fini de cristalliser les tensions entre les États-Unis et la Chine. Sous la houlette de Donald Trump, la méfiance a atteint son comble et ne s'est pas estompée avec l'arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche. Les choix technologiques apparaissent toujours comme des prises de position politiques et stratégiques dans un contexte de rivalité américano-chinoise exacerbée. Au c?ur du champ de bataille, le géant chinois des télécommunications Huawei. Alors qu'il est fortement défié en Europe et dans les pays de la sphère d'influence américaine, qu'en est-il de sa situation en Afrique, un continent encore largement sous-équipé et qui a un besoin pressant d'infrastructures pour ne pas rater la révolution numérique. Le géant chinois y est arrivé en 1997 en ouvrant un bureau en Égypte. Depuis, il y travaille à travers 17 bureaux de représentation, deux Open Labs (en Égypte et en Afrique du Sud). Il y a déployé pas moins de 200 000 kilomètres de fibre optique, soit près 50 % des réseaux 3G et 4G, y touche, par ses produits et services, deux tiers de la population à travers plus de 200 opérateurs, pour une part évaluée entre 20 et 30 % des revenus de la région Europe-Moyen-Orient-Afrique estimés à 27,7 milliards de dollars l'année dernière contre 31,6 en 2019. Terry He, son président de la région Northern Africa, a accepté de nous éclairer sur la situation de Huawei en Afrique aujourd'hui.

À LIRE AUSSIÉtats-Unis des investissements massifs prévus pour contrer la Chine

Le Point Afrique : Huawei a été depuis 2019 l'un des symboles de la rivalité américano-chinoise. Quel a été l'impact de cette situation sur vos marchés en Afrique ?

Terry He : Nous sommes présents en Afrique depuis plus de vingt ans et nous bénéficions d'une confiance sans faille de l'ensemble de nos partenaires et clients. C'est pourquoi nos activités sur le continent restent stables, et je m'en félicite. En outre, en tant que leader mondial dans la fourniture de solutions et d'infrastructures de technologies de l'information et de la communication (TIC), nous avons pour mission de donner accès aux technologies numériques à chaque personne, foyer et organisation ? quelles que soient les rivalités internationales.

À LIRE AUSSI5G : le Conseil constitutionnel valide la loi « anti-Huawei »

L'Afrique est aujourd'hui la plus grande zone de libre-échange au monde. Selon la Banque africaine de développement, elle représente un marché de 1,2 milliard d'individus avec une croissance estimée à 3,4 % pour 2021, et la moitié de sa population aura moins de 25 ans en 2050. Les défis et les aspirations du continent sont donc loin de la rivalité que vous évoquez. En effet, l'Afrique a toutes les cartes en main pour être le moteur du XXIe siècle, d'autant plus que la pandémie a été un véritable accélérateur de la digitalisation. Le dynamisme et la résilience de son tissu économique sont aussi l'une de ses grandes forces que nous souhaitons encourager et dynamiser.

Pour accompagner cette transition, nous souhaitons poursuivre nos activités dans un climat de confiance, car, encore une fois, notre seul objectif est de permettre à l'ensemble des populations africaines d'accéder aux services numériques afin de créer de la valeur pour soutenir le développement du continent. Nous sommes fiers de pouvoir accompagner ce développement à travers la mise à disposition de nos solutions technologiques que nous avons d'ailleurs présentées au Gitex, le Salon international de la technologie à Dubai. Chez Huawei, nous voulons donner à voir le potentiel de l'Afrique !

À LIRE AUSSIHuawei : la directrice financière, assignée au Canada, a été libérée

Comment, dans ce contexte difficile, Huawei réussit-il ses montages pour financer ses projets en Afrique ?

Nous avons des partenaires financiers solides, qu'ils soient africains, chinois ou internationaux. Je tiens d'ailleurs à les remercier pour leur engagement et leur confiance. Grâce à eux, nous avons fait preuve d'une grande résilience, partout dans le monde et plus particulièrement en Afrique. Nous sommes restés mobilisés au plus fort de la crise, et nous le sommes bien sûr en ce moment, pour répondre aux attentes et aux besoins de tous nos clients.

© Fournis par Le Point Pour Terry He, « Huawei continue et continuera d'investir sur le continent, car l'entreprise s'y projette sur le long terme ». © DR

Huawei : « Nous voulons donner à voir le potentiel de l’Afrique ! »