Covid-19: les États-Unis autorisent une pilule Pfizer, le Royaume-Uni dépasse les 100000 cas en 24h

Ces collègues du Père Noël déambulent dans les rues de Madrid, le 19 décembre 2021. Et ils ont déjà remis leurs masques, en cette période de regain de la pandémie de Covid-19. © AP - Paul White Ces collègues du Père Noël déambulent dans les rues de Madrid, le 19 décembre 2021. Et ils ont déjà remis leurs masques, en cette période de regain de la pandémie de Covid-19.

À deux jours de Noël, le très contagieux variant Omicron du coronavirus se répand à une vitesse fulgurante. Tour d'horizon des dernières mesures prises dans le monde.

  • 100 000 cas en 24 heures au Royaume-Uni

Triste record pour le Royaume-Uni : plus de 100 000 cas de Covid-19 ont été enregistré en l'espace de 24 heures. Le variant Omicron sévit durement de l'autre côté de la Manche. Et pour Boris Johnson, l'exercice d'équilibriste est compliqué, entre la communauté scientifique qui l'appelle à durcir les restrictions et son propre camp politique conservateur de plus en plus hostile à ces mesures jugées liberticides.

Lundi, le Premier ministre britannique avait annoncé ne pas prendre de nouvelles restrictions, mais en se gardant la possibilité de le faire plus tard. Pour l'heure, le gouvernement Johnson temporise. Et le monde regarde le Royaume-Uni et attend ses analyses à propos du variant Omicron, notamment concernant sa virulence.

  • La pilule de Pfizer, Paxlovid, autorisée par les autorités sanitaires américaines

Après les vaccins, le traitement novateur : les laboratoires Pfizer ont conçu une nouvelle pilule à administrer aux personnes infectées par le Covid-19. Son nom : Paxlovid. C’est un traitement, réservé aux plus de 12 ans présentant un risque élevé de développer des formes graves. Il se présente sous la forme d’une combinaison de deux pilules à prendre deux fois par jour pendant cinq jours. Le traitement par Paxlovid doit commencer dès le diagnostic et dans les cinq jours après l'apparition des symptômes.

D’après les essais cliniques, le médicament permet de réduire de 88% les hospitalisations et décès, rapporte notre correspondant à Washington, Guillaume Naudin. Convaincue par les essais cliniques réalisés sur plus de 2 200 personnes (aucun décès enregistré), l'Agence américaine des médicaments a donné son feu vert.

Le Paxlovid ne remplace pas le vaccin, qui reste le premier axe de défense. Mais le président américain, Joe Biden, se félicite de l’arrivée de ce nouvel outil dans la boîte à pharmacie du pays. Les autorités fédérales ont déjà commandé de quoi traiter 10 millions de personnes. Mais ce ne sera que progressivement le cas, car la production démarre à peine. Dans un premier temps, 250 000 personnes vont pouvoir bénéficier du Paxlovid. Cela devrait commencer dans les tous prochains jours.

  • Le masque de retour en Espagne

Il y a six mois, les Espagnols enlevaient leur masque dans la rue. Il est temps de le remettre : le gouvernement du socialiste Pedro Sanchez a décidé de rendre à nouveau obligatoire le port du masque à l'extérieur à partir de jeudi. L'objectif est clair : freiner les contaminations. En 24 heures, le pays a enregistré un nouveau record avec 60 000 cas recensés. Et le taux d'incidence est désormais de 787 cas pour 100 000 habitants, soit quatre fois plus qu'au début du mois.

« Le masque a démontré au cours des derniers mois qu'il était un outil efficace dans la prévention », a rappelé Pedro Sanchez lors de son allocution à la presse. Le Premier ministre a bien précisé qu'il s'agit d'une mesure « temporaire » et qui sera retirée « dès que possible ». Dans certaines régions, on réclame des restrictions plus drastiques : la Catalogne, par exemple, aura une réponse de la justice jeudi quant à son souhait d'appliquer un couvre-feu.

Le Covid-19 a fait près de 89 000 morts en Espagne depuis le début de la pandémie.

  • Début de la vaccination des 5-11 ans en France

Après l'avis favorable de la Haute Autorité de santé lundi (ainsi que du Comité consultatif national d'éthique), la vaccination des enfants de 5 à 11 ans, sur la base du volontariat, a commencé en France, malgré les réticences de nombreux parents. Le Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale a rendu un avis favorable mercredi.

Les enfants reçoivent le vaccin de Pfizer-BioNTech, avec un tiers du dosage d'un adulte. Le gouvernement espère ralentir au maximum la circulation du virus, mais il est peut-être déjà trop tard face au variant Omicron. Il représente déjà 20 à 30% des contaminations. Olivier Véran s'attend à ce qu'il soit majoritaire « entre Noël et le Nouvel an ».

La France a enregistré plus de 84 000 cas de Covid-19 en l'espace de 24 heures. Et elle dépassera « très vraisemblablement les 100 000 contaminations quotidiennes » d'ici fin décembre, a prévenu le ministre de la Santé.

  • La Belgique ferme ses salles de spectacle, par crainte du variant Omicron

Avec 8 300 nouvelles infections ce mercredi, la Belgique voit sa moyenne quotidienne baisser. Il y a trois semaines, elle était deux fois plus élevée. Mais le variant Omicron pousse le gouvernement à réagir. Il représente déjà 27% des contaminations, et Alexander De Croo, le Premier ministre, veut être « plus prudent que jamais », alors que la situation dans les hôpitaux reste « très tendue ».

Ainsi, la Belgique prend « des mesures de précaution » et décide qu'à compter de ce dimanche 26 décembre, les cinémas et autres salles de spectacle seront fermées. Les cafés et restaurants sont épargnés, mais doivent toujours fermer à 23h au plus tard pendant la période des fêtes de fin d'année. À compter de dimanche, les Belges ne pourront faire du shopping qu'à deux maximum, tandis que les compétitions sportives se joueront sans public. Le télétravail reste « obligatoire » avec maximum un jour de présence au bureau.

  • Turkovac, le vaccin turc, arrive sur le marché

Le vaccin est à peine sorti et autorisé en urgence que le gouvernement turc gonfle déjà la poitrine. « Aucune personne n’a développé une forme grave après Turkovac », se félicite un membre du conseil scientifique turc. Le président Recep Tayyip Erdogan, lui, a carrément affirmé que c'est « le meilleur sur le marché », indique notre correspondante à Istanbul, Cerise Sudry-Le Dû. Et tant pis si aucun taux d’efficacité n’a pour le moment été rendu public. La Turquie se réjouit d’avoir réussi à développer un vaccin du crû, qui sera présenté à ses citoyens dès la fin de la semaine prochaine.

Cela fait un certain temps que la Turquie développe son vaccin. Plus de 40 000 citoyens auraient participé aux tests. La sortie du Turkovac tombe à pic pour parler d’autre chose que d’économie, alors que la livre turque joue au yo-yo ces derniers jours.

Quinze millions de doses du Turkovac ont déjà été promises au continent africain. Le pays entend bien montrer qu’il ne laisse pas l’Afrique de côté, elle qui est laissée pour compte dans la distribution mondiale de vaccins, et ce malgré l'apparition du nouveau variant Omicron en Afrique du Sud.

  • La Chine confine Xi'an et ses 13 millions d'habitants

Face au coronavirus, la Chine ne veut prendre aucun risque à l'approche des fêtes de fin d'année. Les autorités chinoises ont imposé, mercredi 22 décembre, un confinement à Xi'an, dans le nord du pays, en raison d'un rebond de cas de Covid-19. Les habitants de la capitale de la province du Shaanxi sont invités à rester chez eux, sauf raisons impératives.

► À lire aussi : Covid-19 en Chine: les autorités confinent Xi'an, une ville de 13 millions d'habitants

Covid-19: les États-Unis autorisent une pilule Pfizer, le Royaume-Uni dépasse les 100000 cas en 24h