Contre les Narcos au Mexique, des agriculteurs prennent les armes

Des hommes armés d'une milice patrouillent dans l'Etat de Michoacan, dans l'ouest du Mexique, pour empêcher le vol de leur production d'avocats par les cartels de la drogue, à Ario de Rosales, le 8 juillet 2021. © ENRIQUE CASTRO Des hommes armés d'une milice patrouillent dans l'Etat de Michoacan, dans l'ouest du Mexique, pour empêcher le vol de leur production d'avocats par les cartels de la drogue, à Ario de Rosales, le 8 juillet 2021.

Les uns derrières les autres, des véhicules d'hommes armés patrouillent dans l'ouest du Mexique. Ce sont des producteurs d'avocats qui se protègent du racket des cartels de la drogue de plus en plus violents.

Avec leurs fusils et leurs carabines, ces agriculteurs cagoulés sillonnent les plantations de la municipalité d'Ario de Rosales, dans l'Etat de Michoacan, théâtre d'une véritable guerre entre trafiquants de drogues.

Ici, les paysans ont établi des postes de contrôle et creusé des tranchées en pierre. Mais jusque-là, ils vivaient dans la terreur des enlèvements, du chantage et du vol de leur production, selon un membre de "Pueblos Unidos", une milice qui se dit forte de 700 hommes.

Des producteurs d'avocats, encagoulés et armés, patrouillent dans l'Etat de Michoacan, dans l'ouest du Mexique, pour empêcher le vol de leur production par les cartels de la drogue à Ario de Rosales, le 8 juillet 2021 © ENRIQUE CASTRO Des producteurs d'avocats, encagoulés et armés, patrouillent dans l'Etat de Michoacan, dans l'ouest du Mexique, pour empêcher le vol de leur production par les cartels de la drogue à Ario de Rosales, le 8 juillet 2021

"Nous devons être armés pour nous défendre par nous-mêmes", explique à L'AFP ce producteur d'avocats qui préfère ne pas décliner son identité.

"Non à l'injustice, non aux assassinats", peut-on lire sur un badge collé sur sa poitrine. Ces criminels "nous imposaient leur loi. C'est terminé", martèle l'homme.

Mais ces milices - environ une cinquantaine au Mexique depuis leur apparition en 2013 - sont mal vues par le président Andres Manuel Lopez Obrador (AMLO, gauche) pour lequel elles sont devenus une façade camouflant les agissements des gangs.

Un convoi de miliciens patrouille dans l'Etat de Michoacan dans l'ouest du Mexique pour empêcher le vol de la production d'avocats par les cartels de la drogue à Ario de Rosales le 8 juillet 2021 © ENRIQUE CASTRO Un convoi de miliciens patrouille dans l'Etat de Michoacan dans l'ouest du Mexique pour empêcher le vol de la production d'avocats par les cartels de la drogue à Ario de Rosales le 8 juillet 2021

Agacé, un milicien invite le président à "venir ici se salir les chaussures" pour appréhender la réalité de cette zone où sévissent les cartels +Jalisco Nouvelle Génération+ (CJNG) - l'un des plus puissants - et +Los Viagras+.

La police et les militaires "ont ou peur des criminels ou sont soudoyés pour ne rien faire", s'emporte Martin, un autre milicien.

- La violence en hausse -

La tâche est lourde. Ces groupes tentent de contenir l'expansion des cartels qui ont intensifié leurs attaques dans les États de Michoacán, de Tamaulipas (nord-est, à la frontière des États-Unis) et Zacatecas (nord).


Vidéo: Accord États-Unis-Mexique-Canada: les Mexicains réagissent à son premier anniversaire (Le Figaro)

Contre les Narcos au Mexique, des agriculteurs prennent les armes