L’équipe nationale à la croisée des chemins : L’urgence d’agir…

© Présenté par
A un mois et demi du match aller contre le Mali, comptant pour les barrages du Mondial qatari, le flou persiste encore sur le statut du nouveau sélectionneur national. Le report de la reprise du championnat est venu rendre encore plus difficile une situation déjà compliquée.

Personne au sein de la FTF n’est en mesure de vous dire quoi que ce soit sur le statut de Jalel Kadri, ni sur la date de la reprise de la Ligue 1. Tout le monde attend l’arrivée de Wadie Jary. Il est clair qu’au sein de la FTF, c’est lui et lui seul qui décide de tout et de rien. Sinon comment expliquer que depuis le retour de la sélection nationale, il y a une dizaine de jours déjà, aucun officiel de la FTF n’est en mesure de donner la moindre information sur le statut de Jalel Kadri. Pire, on a fait circuler les noms de Anis Boujelbene et Mohamed Mkacher comme potentiels adjoints de Jalel Kadri, alors que, vraisemblablement, on n’a pas pris la peine de les consulter. Une chose est sûre, Mohamed Mkacher n’a pas été consulté, outre le fait qu’il n’a nullement l’intention de revenir entraîner en Tunisie (en tout cas pas avec le statut de sélectionneur national-adjoint d’un technicien tunisien qui a le même profil que lui). Mkacher acceptera d’être l’adjoint du sélectionneur national à condition qu’on désigne un grand nom et qui soit un étranger.

Et s’il y a un nom de sélectionneur étranger qui a circulé, c’est bel et bien celui du Belge, Tom Saintfiet, qui n’a pas nié être intéressé par une expérience à la tête de l’équipe de Tunisie au moment où la FTF adopte la politique du silence radio.

Une situation à éclaircir

Sur le court terme et à un mois et demi du match aller barrage comptant pour les qualifications au Mondial qatari, il est urgent d’éclaircir en premier lieu le statut de Jalel Kadri. Est-il intérimaire, permanent ou s’il est nommé juste pour la double confrontation contre le Mali, comptant pour les barrages du Mondial qatari ? En second lieu, il faut désigner les membres de son staff technique même s’il s’agit d’une pige.

Bref, la FTF est dans l’urgence d’agir pour éclaicir la situation. Il est inacceptable qu’un technicien étranger déclare avoir eu des contacts officieux avec des membres fédéraux tunisiens au moment où aucune information officielle n’émane de la FTF. Certes, Wadie Jary était plutôt préoccupé par sa tâche de président de la commission médicale de la CAF, un de ses adjoints au sein de l’instance fédérale tunisienne aurait pu mettre les points sur les «i». On a beau aller chercher l’information auprès du service de presse de la FTF, on est resté sur notre faim.

Le championnat doit reprendre au plus vite

Le flou qui persiste sur la date de la reprise de la Ligue 1 est venu rendre encore plus difficile une situation déjà compliquée. On sait que le calendrier international pour l’année en cours est déjà très serré. Sans oublier que l’équipe nationale a besoin de joueurs compétitifs, plus particulièrement en ces temps difficiles, où le covid fait des ravages.

Bref, il y a tant de choses à éclaircir en ce qui concerne notre football. L’équipe nationale ne peut avancer sans une idée claire sur le profil du prochain sélectionneur. Par ailleurs, le profil de Tom Saintfiet est fort intéressant. Il faudra, d’abord, que notre instance fédérale reconnaisse l’avoir contacté et éclaircisse notre lanterne sur l’avancement des négociations.

L’équipe nationale à la croisée des chemins : L’urgence d’agir…