Après la vague de chaleur, les incendies ravagent l’ouest du Canada

Un pompier combattait les flammes dans l'Oregon, dans la nuit du 15 juillet dernier. © Us Forest service Un pompier combattait les flammes dans l'Oregon, dans la nuit du 15 juillet dernier.

Le cauchemar se poursuit au Canada. «Nous avons atteint un point critique», a alerté ce mardi soir Mike Farnworth, le ministre de la Sécurité publique de Colombie-Britannique. Dans cette province de l’ouest du pays, l’état d’urgence a été décrété en raison de la progression des incendies.

Actuellement, la région est ravagée par près de 300 feux de forêts actifs, qui devraient encore prendre de l’ampleur dans les jours à venir à cause de la chaleur et des vents, notamment dans l’intérieur et le sud-ouest de la province, à la frontière avec les Etats-Unis. Plus de 3 000 pompiers et personnels sont actuellement à pied d’œuvre dans la province. Ces feux consument l’ouest canadien depuis plusieurs semaines maintenant après un épisode de chaleur très intense fin juin, frôlant les 50°C, conséquence du dérèglement climatique pour les experts.

Evacuations massives

L’état d’urgence mis en place permet d’envisager une évacuation massive des habitants de la région et fournit au gouvernement les moyens d’assurer l’hébergement pour les personnes évacuées, précise encore le ministre.

Plus de 5 700 personnes étaient visées mardi par un ordre d’évacuation dans la province, soit plus du double de la veille, et environ 32 000 personnes sont sous le coup d’une alerte d’évacuation, sans obligation pour l’instant.

Selon Cliff Chapman, le chef des opérations contre les incendies en Colombie-Britannique, 3 000 km² de terres sont déjà parties en fumée. C’est trois fois plus que la moyenne des dix dernières années. Dès début juillet, quelque 177 feux étaient actifs au Canada, qui suffoquait sous un dôme de chaleur. Après avoir battu des records de températures vieux de plus d’un demi-siècle, la petite commune de Lytton avait presque entièrement été détruite par les flammes après avoir été évacuée.

De l’autre côté de la frontière, 83 gros incendies ravagent les Etats-Unis, alors même que la saison des feux ne fait que commencer. Certains sont si dangereux que les pompiers les comparent à des «monstres», notamment en Californie ou dans le Nevada.

Le «Bootleg Fire», dans l’Oregon est de loin le plus impressionnant avec plus de 1 400 km² en flammes. Déjà plus grand que la ville de Los Angeles, il ne cesse de grossir, attisé par des vents et une importante sécheresse. Même New York, à l’autre bout du pays, a été couverte mardi d’un voile gris au goût de fumée, causé par ces incendies, qui a obligé la ville à émettre une alerte à la qualité de l’air.

Après la vague de chaleur, les incendies ravagent l’ouest du Canada