Après-Covid-19 : quelle trajectoire pour l’Afrique ?

© MLUNGISI MBELE / AFP

La reprise économique mondiale se confirme, mais reste très inégale entre les économies développées et émergentes : c'est le tableau brossé par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) dans ses perspectives de croissance intermédiaires, présentées mercredi 22 septembre, à Paris. L'inquiétude est forte concernant l'Afrique, dont de nombreux pays sont toujours loin derrière en termes de vaccination.

Les cabinets Control Risks et Oxford Economics ne disent pas autre chose dans leur nouvelle édition de l'Africa Risk Reward Index. La résilience africaine a fait ses preuves, mais trois défis pointent à l'horizon : la réponse à la pandémie, la dette et l'insécurité. Dans sa sixième édition, le rapport rédigé par des experts de l'analyse des risques et de l'environnement des affaires trace la trajectoire la plus probable de la reprise de l'Afrique après la pandémie de Covid-19.

À LIRE AUSSIConjoncture : pour l'Afrique, des lendemains meilleurs

L'Afrique doit soigner sa dépendance vis-à-vis de l'extérieur

La première partie consacrée à la réponse des États à la crise sanitaire révèle qu'au-delà du choc conjoncturel, l'épidémie de Covid a joué un rôle de révélateur des faiblesses du continent, notamment sa dépendance à l'égard de l'aide extérieure en matière de soins de santé. Bien que les gouvernements africains aient réagi avec une rapidité souvent impressionnante à la pandémie, ils ont été limités dans leurs actions sur les tests, les remèdes et les campagnes de vaccination avancent lentement en raison des difficultés d'approvisionnement.

Dans la course aux précieux vaccins Covid, les pays riches ont préempté des stocks et n'ont pas toujours tenu leurs promesses quand il s'est agi de partager avec les pays à faible revenu, comme sur le continent africain. À ce jour, seuls 3,6 % de la population africaine est vaccinée, bien loin des plus de 60 % atteints en Europe et au Royaume-Uni. Mais pourquoi et comment l'Afrique s'est-elle ainsi retrouvée à la traîne ? « Le déploiement de la vaccination à l'échelle mondiale a été extrêmement décevant, et la distribution inégalitaire des vaccins soulève des interrogations à la fois morales et médicales », alerte Barnaby Fletcher, associé directeur de Control Risks.

Les pays africains en sont réduits à dépendre de plus en plus des dons des surplus achetés par les nations les plus riches. Environ trois quarts des 77,5 millions de doses promises à l'Afrique lui ont été données, soit 57 millions, selon l'Unicef. « Toutefois, un espoir se dessine : les difficultés auxquelles l'Afrique a été confrontée pour obtenir non seulement des vaccins, mais aussi toute une gamme d'équipements et de traitements ont stimulé l'innovation et encouragé d'importants investissements dans les capacités africaines en technologies et biotechnologies médicales, avance cet expert. L'émergence d'un secteur biotechnologique africain recèle un énorme potentiel qui dépasse largement le cadre de la pandémie de Covid-19 », veut-il croire.

À LIRE AUSSICovid-19 : « Afrique attend vaccins désespérément ! »

Un avenir biotechnologique prometteur

Concrètement, des unités de séquençage génomique sont en cours d'installation au Liberia, au Nigeria, au Sénégal et en Sierra Leone. Plusieurs autres initiatives visent à accroître la capacité du continent à développer et fabriquer des vaccins, notamment un centre de transfert de technologies du vaccin à ARNm en Afrique du Sud et des installations de fabrication en Égypte, au Maroc et au Sénégal. Au début de la pandémie, les craintes étaient grandes de voir l'Afrique dans l'incapacité de mobiliser ses laboratoires de dépistage, mais c'est le contraire qui s'est produit. Les laboratoires, les centres de dépistage, les solutions numériques transfrontalières de test et de traçage ont proliféré. En 2020, 103 millions de dollars ont été investis dans les start-up africaines de la santé, soit près de quatre fois le montant de 2019.

« Il se peut que ces développements aient été motivés par la Covid-19, mais leur application ne se limite pas uniquement à la pandémie actuelle ou même aux soins de santé. La croissance d'un secteur biotechnologique en Afrique représente d'immenses opportunités pour les investisseurs du continent et dans de multiples autres secteurs », écrivent les auteurs de l'Africa Risk Reward Index.

Après-Covid-19 : quelle trajectoire pour l’Afrique ?