Rwanda : Youtubeur critique de Paul Kagame, un métier à risques

Être Youtubeur au Rwanda n'a rien de glamour, prévient d'emblée John Williams Ntwali : les revenus sont faibles, les menaces fréquentes et le risque de finir en prison une réalité.

Paul Kagame lors d'une interview avec des médias internationaux au bureau de la présidence à Kigali, le 28 mai 2021 © SIMON WOHLFAHRT/AFP or licensors Paul Kagame lors d'une interview avec des médias internationaux au bureau de la présidence à Kigali, le 28 mai 2021

Être Youtubeur au Rwanda n'a rien de glamour, prévient d'emblée John Williams Ntwali : les revenus sont faibles, les menaces fréquentes et le risque de finir en prison une réalité. Le fondateur de la chaîne Pax TV craint avant tout que l'espace de liberté d'expression créé par YouTube ne cède du terrain face à l'offensive du gouvernement.

"Ça se resserre", lâche John Williams Ntwali, lors d'un entretien avec l'AFP. "On tend vers la fermeture des chaînes YouTube, pas en fermant YouTube ou internet mais en emprisonnant ceux qui travaillent sur YouTube", ajoute ce journaliste d'une quarantaine d'années - dont 20 de carrière.

Sur le site de partage de vidéos, ceux qui discutent sports, beauté ou loisirs, ne sont pas inquiétés, raconte-t-il, mais les jeunes gens qui traitent de politique et d'actualité "encourent beaucoup de risques". Contrairement à beaucoup de youtubeurs, "Ntwali", comme beaucoup l'appellent, montre rarement son visage et reste avare de détails sur sa vie privée.

Rwanda : Youtubeur critique de Paul Kagame, un métier à risques