Afrique du sud : l'armée dans la rue face aux manifestants

C'est un chaos de "criminels et d'individus opportunistes", qui ciblent centres commerciaux et magasins, selon la police, .

Des pillards gisent sur le sol après avoir été arrêtés par des membres des services de police sud-africains (SAPS) au centre commercial Gold Spot à Vosloorus, au sud-est de Jo © GUILLEM SARTORIO/AFP or licensors Des pillards gisent sur le sol après avoir été arrêtés par des membres des services de police sud-africains (SAPS) au centre commercial Gold Spot à Vosloorus, au sud-est de Jo

La tension est restée vive lundi soir en Afrique du Sud au 4e jour des violences sociales. Face au chaos provoqué par les manifestants dans plusieurs villes du pays, l’armée a été appelée en renfort par le président sud-africain qui a condamné l’escalade en cours.

"Le chemin de la violence, du pillage et de l'anarchie ne mène qu'à plus de violence et de dévastation. En plus de la souffrance, il conduit à plus de pauvreté, plus de chômage et plus de pertes de vies innocentes. Ce n'est pas ce que nous sommes en tant que Sud-Africains, ce n'est pas nous.", a déclaré Cyril Ramaphosa.

Pretoria, Johannesburg et autres, les manifestations lancées au Kwazulu-natal contre l’incarcération de Jacob Zuma, gagnent du terrain et se sont transformées en émeutes de la faim, dans un pays où plusieurs personnes ont été privées de leurs moyens de subsistance par la crise sanitaire.

Depuis, l'agitation a gagné les quartiers déshérités de Johannesburg où le sort de Jacob Zuma semble être relégué au second plan. Mais Cyril Ramaphosa appelle au calme.

"Il est d'une importance vitale que nous rétablissions le calme et la stabilité dans toutes les parties du pays sans aucun délai.’’, a précisé le président sud-africain.

Il y a urgence, les violences ayant déjà coûté la vie à au moins 10 personnes alors que 489 autres ont été arrêtées. Cyril Ramaphosa promet de rencontrer les leaders politiques pour trouver une issue à la crise. C'est dans ce contexte que la Cour constitutionnelle a mis en délibéré lundi son verdict concernant le recours introduit par Jacob Zuma. Aucune date n'a cependant été annoncée.

Afrique du sud : l'armée dans la rue face aux manifestants