Un an après la présidentielle, la Centrafrique entre allié russe encombrant et attaques rebelles

Vue d'un monument représentant quatre hommes armés protégeant une mère et ses enfants, à côté de l'université de Bangui, la capitale de la République centrafricaine, le 29 novembre 2021 © Barbara DEBOUT Vue d'un monument représentant quatre hommes armés protégeant une mère et ses enfants, à côté de l'université de Bangui, la capitale de la République centrafricaine, le 29 novembre 2021

Quatre hommes armés en treillis protégeant une mère et ses enfants: inauguré à Bangui par le président centrafricain, le monument rend hommage aux forces armées et aux combattants russes "morts pour la libération" du pays, symbole d'une influence encombrante.

Il y a un an, le chef de l'Etat Faustin Archange Touadéra appelait la Russie à l'aide pour contrer une offensive de groupes armés. Il a ainsi sauvé son pouvoir, mais la présence des paramilitaires du groupe russe de sécurité privée Wagner est de plus en plus controversée et les attaques rebelles se poursuivent.

Fin décembre 2020, les principaux groupes armés - qui contrôlaient déjà les deux tiers du pays - lançaient une offensive à quelques jours de la présidentielle pour renverser M. Touadéra, en lice pour un second mandat. 

Après avoir fortement baissé d'intensité au cours des dernières années, la guerre civile entamée en 2013 connaît alors un brusque regain. Les rebelles, réunis au sein de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) arriveront même début janvier aux portes de la capitale. 

Vue d'un monument représentant quatre hommes armés protégeant une mère et ses enfants, à côté de l'université de Bangui, la capitale de la République centrafricaine, le 29 novembre 2021 © Barbara DEBOUT Vue d'un monument représentant quatre hommes armés protégeant une mère et ses enfants, à côté de l'université de Bangui, la capitale de la République centrafricaine, le 29 novembre 2021

Réélu et finalement renforcé grâce à l'appui décisif des paramilitaires russes, le président a décrété en octobre "un cessez-le-feu unilatéral" de son armée et de ses alliés. Objectif: favoriser l'ouverture prochaine d'un dialogue national pour parvenir enfin à la paix. Mais le calendrier n'a toujours pas été dévoilé. 

Si les rebelles ont été chassés hors des agglomérations - le pouvoir revendique d'avoir reconquis la grande majorité du territoire -, ils continuent cependant leurs attaques contre populations locales et forces de sécurité, en particulier dans le Nord-Ouest.

"Les actions de la rébellion vont durer", analyse pour l'AFP Roland Marchal, du Centre de recherches internationales (Ceri) de Sciences Po Paris. Pour Thierry Vircoulon, de l'Institut français des relations internationales (Ifri), après avoir tenté un choc frontal il y a un an, les rebelles mènent désormais des actions de "guérilla".

Vue d'un monument représentant quatre hommes armés protégeant une mère et ses enfants, à côté de l'université de Bangui, la capitale de la République centrafricaine, le 29 novembre 2021 © Barbara DEBOUT Vue d'un monument représentant quatre hommes armés protégeant une mère et ses enfants, à côté de l'université de Bangui, la capitale de la République centrafricaine, le 29 novembre 2021

"Il y a peu de clashs directs impliquant une ligne de front", confirme une source diplomatique, sous couvert d'anonymat.

Les paramilitaires russes souffrent de cette configuration et comptent un "grand nombre de blessés", souligne M. Marchal. 

- "Tutelle russe" -

Dans le même temps, l'allié russe n'a jamais paru aussi encombrant.

En mars dernier, des experts de l'ONU ont accusé les hommes du groupe Wagner d'avoir perpétré des "exécutions sommaires". En octobre, le ministre centrafricain de la Justice avait reconnu, outre les exactions rebelles, celles commises par des soldats centrafricains et des paramilitaires russes.

Au-delà, c'est la place croissante de Wagner dans l'appareil d'Etat qui est de plus en plus mise en cause par les partenaires internationaux, France en tête.

"On assiste à une perte de la souveraineté" de la Centrafrique au profit de la Russie, juge la source diplomatique, affirmant que les "mercenaires" exercent leur influence principalement sur les ministères de la Défense, des Finances (et notamment les douanes) et des Affaires étrangères.

Vue d'un monument représentant quatre hommes armés protégeant une mère et ses enfants, à côté de l'université de Bangui, la capitale de la République centrafricaine, le 29 novembre 2021 © Barbara DEBOUT Vue d'un monument représentant quatre hommes armés protégeant une mère et ses enfants, à côté de l'université de Bangui, la capitale de la République centrafricaine, le 29 novembre 2021

Selon l'ONG américaine The Sentry, dans un rapport publié en juin, les paramilitaires russes se livrent à un "carnage dans le but de contrôler les mines d'or et de diamants" avec pour but de "renforcer l'influence russe en Afrique". 

La Russie, alliée de Bangui depuis 2018, ne reconnaît officiellement la présence que d'"instructeurs non armés". Mais les ONG opérant sur le terrain, la France et l'ONU affirment qu'une partie d'entre eux sont des hommes de Wagner, ce que dément Moscou. 

"Moi, je n'ai rien signé avec une société qui s'appellerait Wagner", avait de son côté affirmé le président Touadéra en septembre dans une interview accordée à Jeune Afrique. 

Pour Thierry Vircoulon, le bilan est sévère: "Depuis que le régime de Touadéra est sous la tutelle russe, il s'est isolé de ses donateurs occidentaux, s'est débarrassé de l'opposition et les initiatives de rétablissement de la paix n'ont jamais abouti". 

A cela s'ajoute une urgence humanitaire qui a atteint en 2021 des niveaux "jamais vus depuis 2015", selon le Bureau des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA). Selon cette agence, 3,1 millions de personnes auront besoin d'assistance en 2022, sur une population d'environ 5 millions d'habitants.

bdl-dyg/blb

Un an après la présidentielle, la Centrafrique entre allié russe encombrant et attaques rebelles