Universités ivoiriennes : Mal classées

© Fournis par Journal d'Abidjan Le classement UniRank des 200 meilleures universités d'Afrique 2020 - 2021 a été un coup dur pour les Ivoiriens. Des pays comme le Sénégal, le Togo, le Soudan, qui sont économiquement moins puissants que la Côte d'Ivoire, y sont présents. Le Ghana y a même placé plusieurs de ses universités. Rien pour les établissements ivoiriens. Ce n'est pas le premier classement du genre où la Côte d'Ivoire est aux abonnés absents. C'est en réaction à cette situation qu'un atelier organisé par le Fonds pour la science, la technologie et l'innovation (FONSTI) a été organisé du 20 au 22 octobre 2021. Des travaux qui se sont tenus avec le soutien du ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Objectif : amener les universités ivoiriennes à figurer dans le classement des meilleurs campus d'Afrique. Et au moins dans ce fameux Top 200.

Popularité UniRank, le site australien qui référence près de 13 000 établissements d'enseignement supérieur agréés par leurs États respectifs, rencontre à chaque publication de palmarès un écho médiatique important. Là où les Ivoiriens peuvent se consoler, c'est qu'UniRank ne juge pas la qualité des formations de ces établissements : « nous ne prétendons à aucun moment classer les établissements d'enseignement supérieur ou leurs programmes selon la qualité ou le niveau académique des enseignements qu'ils dispensent », souligne l'entreprise sur son site web.

Le service évalue en réalité la popularité des écoles et universités sur le web. Cela d'après des critères comme leur référencement sur les moteurs de recherche ou encore leur audience. On peut reprocher à ce classement un manque de profondeur dans la qualité. Mais le classement QS n'a jamais cité d'université ivoirienne non plus. Que manque-t-il à ces établissements supérieurs ? Il y a de nombreux problèmes, selon le Professeur Johnson Kouassi Zamina, Secrétaire général de la Coordination nationale des enseignants et chercheurs de Côte d'Ivoire (CNEC). Des infrastructures à l'effectif pléthorique des étudiants. Pour le Secrétaire général du FONSTI, Dr Yaya Sangaré, l'objectif visé à court terme est de parvenir à mettre en place un système de classement national,annuel entre les établissements publics d'enseignement supérieur. Ce classement sera basé sur les performances managériales, scientifiques et technologiques. En attendant, le chemin est encore long et les universités ivoiriennes sont toujours à la traîne.

Raphaël TANOH

Universités ivoiriennes : Mal classées