La Russie entame des manoeuvres militaires au Bélarus en pleine crise ukrainienne

Le Premier ministre britannique Boris Johnson et le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg (d), le 10 février 2022 à Bruxelles © Daniel LEAL Le Premier ministre britannique Boris Johnson et le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg (d), le 10 février 2022 à Bruxelles

Les armées russe et bélarusse ont entamé jeudi de grandes manoeuvres au Bélarus, aux portes de l'Ukraine qui est au centre d'extrêmes tensions entre la Russie et les Occidentaux et tandis que se poursuivent d'intenses efforts diplomatiques pour désamorcer la crise. 

L'Est de l'Ukraine dans l'attente d'une attaque russe © Sergey VOLSKIY L'Est de l'Ukraine dans l'attente d'une attaque russe

Le déploiement de ces soldats a été immédiatement qualifié par la présidence ukrainienne de moyen de "pression psychologique" employé par Moscou, qui a par ailleurs massé depuis novembre plus de 100.000 soldats près de sa propre frontière avec l'Ukraine.

Carte de l'Ukraine et du Bélarus © Tupac POINTU Carte de l'Ukraine et du Bélarus

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a regretté "un geste d'une grande violence", cependant que le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a parlé de "moment dangereux pour la sécurité en Europe".

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a quant à lui jugé "incompréhensible" l'inquiétude des Occidentaux à propos des manoeuvres au Bélarus.

- Avertissements -

Sur fond d'intensification des efforts diplomatiques ces dernières semaines, le chancelier allemand Olaf Scholz a de son côté averti la Russie qu'elle ne devait pas sous-estimer "l'unité" et "la détermination" des Européens.

"Nous attendons maintenant de la Russie qu'elle prenne des mesures claires pour réduire les tensions actuelles", a-t-il insisté après une rencontre avec les dirigeants des pays baltes, trois ex-républiques soviétiques frontalières de la Russie et devenues membres de l'Otan et de l'UE.

Les Occidentaux sont ouverts à "un dialogue sérieux avec la Russie", a-t-il ajouté, précisant que "des propositions concrètes" avaient été soumises à Moscou, sans toutefois entrer dans les détails. 

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, en visite à Varsovie, a également insisté sur la nécessité de convaincre Vladimir Poutine d'"engager une désescalade".

Le général Mark Milley au Capitole à Washington, le 3 février 2022 © MANDEL NGAN Le général Mark Milley au Capitole à Washington, le 3 février 2022

Et ce le jour-même où le Royaume-Uni a adopté la législation qui lui permet de durcir son régime de sanctions contre la Russie, destiné à contribuer à la dissuader d'envahir l'Ukraine.

A la veille des manoeuvres, l'armée russe a diffusé une vidéo montrant une batterie antiaérienne S-400 pointant ses missiles vers le ciel à partir d'un terrain enneigé de la région bélarusse de Brest, frontalière de l'Ukraine.

Des soldats ukrainiens de la 92e brigade mécanisée en exercice de tir réel près de Tchougouiev, en Ukraine, dans la région de Kharkiv © Sergey BOBOK Des soldats ukrainiens de la 92e brigade mécanisée en exercice de tir réel près de Tchougouiev, en Ukraine, dans la région de Kharkiv

Affirmant vouloir éviter que ne se produisent des "incidents malencontreux" au moment où commençaient ces exercices militaires, le chef d'état-major américain, le général Mark Milley, a eu un entretien téléphonique avec son homologue bélarusse, le général Viktor Goulevitch.

Image tirée d'une vidéo diffusée le 9 février 2022 par le ministère russe de la Défense montrant un bombardier Tupolev Tu-22M3 Backfire au décollage durant des exercices préparatoires à des manoeuvres au Bélarus © Handout Image tirée d'une vidéo diffusée le 9 février 2022 par le ministère russe de la Défense montrant un bombardier Tupolev Tu-22M3 Backfire au décollage durant des exercices préparatoires à des manoeuvres au Bélarus

- "Opération défensive", selon Moscou -

Le Kremlin est accusé de préparer une nouvelle opération militaire contre l'Ukraine, après l'annexion de la Crimée en 2014, des accusations rejetées par la Russie qui affirme vouloir assurer sa sécurité face à l'hostilité de Kiev et de l'Otan.

Les manoeuvres russo-bélarusses "se déroulent avec l'objectif de se préparer à arrêter et repousser une agression extérieure dans le cadre d'une opération défensive", a expliqué le ministère russe de la Défense.

Selon lui, elles ont lieu jusqu'au 20 février sur cinq terrains militaires, quatre bases aériennes et "différents sites" au Bélarus, notamment dans la région de Brest, au nord-ouest de la frontière ukrainienne.

Le nombre des soldats et des équipements participant à ces exercices n'a pas été officiellement fourni, mais les Occidentaux affirment que 30.000 militaires russes ont été déployés au Bélarus dans ce cadre.    

La Russie entame des manoeuvres militaires au Bélarus en pleine crise ukrainienne