Premier League : Arteta et Guardiola, des retrouvailles sur fond d'influence, de revanche et d'amitié

Mikel Arteta a été l'adjoint de Pep Guardiola pendant 3 ans et demi. © Panoramic Mikel Arteta a été l'adjoint de Pep Guardiola pendant 3 ans et demi.

Un duel d'équipes en forme et d'entraîneurs qui semblent avoir trouvé la bonne formule. Ce samedi, le Manchester City de Pep Guardiola - 9 victoires de suite - se déplacera à Arsenal - 4 succès de rang - défier les hommes de Mikel Arteta. Un match dans le match entre le théoricien du beau jeu et son ancien adjoint pendant trois ans (2016-2019).

Un disciple non assumé

Interrogé sur l'influence qu'il a eue sur son compatriote, le coach de City a préféré botter en touche. «Je ne l'ai pas inspiré, a-t-il clamé. Ce qu'il sait, il l'a appris de lui-même. Le crédit lui revient et aussi à son staff.» Pourtant, depuis quelques semaines, il est difficile de ne pas voir des similitudes dans le jeu prôné par les deux entraîneurs. Si Arsenal évolue en 4-2-3-1 et non dans le 4-3-3 cher à Guardiola, les principes de jeu sont les mêmes.

Les «Gunners» ont retrouvé un jeu séduisant, où la possession et la maîtrise sont la base de tout. Le pressing est plus haut qu'avant et expose moins les lacunes défensives de l'équipe. Preuve en est, Arsenal n'a encaissé qu'un but sur ses quatre derniers matchs de championnat.

S'adapter sans renoncer

Évidemment, les résidents de l'Emirates Stadium n'ont pas autant de qualités que ceux de l'Etihad. Le pressing est moins haut que celui de City et les transmissions dans les petits espaces pas aussi fluides. Mais Rome ne s'est pas faite en un jour et Arteta sait également capitaliser sur les forces de son effectif.

L'Espagnol bénéficie, au contraire de son homologue, d'avant-centre de classe. Alexandre Lacazette renait depuis quelques semaines (2 buts, 3 passes lors des cinq derniers matches), tandis que Guardiola n'a toujours pas totalement résolu son équation de faux numéro 9. Aussi, Arsenal s'est habitué à jouer en transition et en est l'une des références. Bukayo Saka et Gabriel Martinelli martyrisent les défenses avec leur vivacité sur chaque contre, ce qu'ont plus de mal à faire les ailiers de City, habitués à être installés dans le camp adverse.

Arteta expliquait en conférence de presse qu'une chose qu'il avait apprise de son compatriote était la culture de la gagne. «Vous devez être impitoyables et réguliers pour construire une culture de la victoire dans un club.» Après 2 ans au club, l'Espagnol est peut-être enfin parvenu à ses fins.

Une revanche à prendre

Le bout du tunnel était bien moins clair en août dernier. Après 3 journées, Arsenal n'avait toujours pas inscrit le moindre but, ni obtenu le moindre point. Surtout, les Gunners venaient de prendre une fessée par... Manchester City (5-0). Une humiliation qui a déclenché une gronde populaire réclamant la tête de l'entraîneur.

Après la rencontre, Guardiola avait soutenu publiquement son ancien disciple, louant les vertus de la patience. «J'ai travaillé trois ans avec lui et j'ai appris beaucoup de choses, se remémorait-il. Il est bien plus qu'un bon manager. Je suis un grand fan de lui et s'ils lui font confiance, il fera du bon travail à Arsenal.»

Les deux hommes restent en contact et prennent de leurs nouvelles régulièrement, assurait Arteta. «Nous parlons toujours, c'est une personne très importante dans ma vie», confiait le coach. Des discussions tactiques dont la teneur doit être passionnante. Encore plus lorsque l'on sait à quel point Guardiola a confiance en la capacité de son ancien élève à redresser Arsenal. «Dans un futur proche, ce seront des concurrents au titre de champion.»

Le chemin est encore long avant que l'élève ne dépasse le maître, toujours en avance sur son temps. Mais une belle performance pourrait donner encore davantage de crédit à Arteta et son adaptabilité des dernières semaines. Car si la victoire n'est pas indispensable, une nouvelle humiliation ferait tache pour Arsenal et son entraîneur.

Premier League : Arteta et Guardiola, des retrouvailles sur fond d'influence, de revanche et d'amitié