En Syrie, le groupe État islamique a rebâti sa capacité de nuisance

Vue de Raqqa, l'ancienne capitale de l'organisaiton État islamique en Syrie, le 1er mai 2019. © Delil souleiman / AFP Vue de Raqqa, l'ancienne capitale de l'organisaiton État islamique en Syrie, le 1er mai 2019.

Vingt mois après la disparition du califat auto-proclamé du groupe État islamique en Syrie, l’organisation applique une stratégie de guérilla dans l’est du pays. Le week-end dernier, vingt-cinq soldats syriens et miliciens supplétifs ont été tués dans une série d’attaques. Depuis mars 2019, les troupes de Damas et leurs alliés ont perdu 2 000 hommes et le groupe extrémiste un millier de combattants, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

De notre correspondant à Beyrouth,

On parle peu de cette guerre dans les médias, pourtant les opérations militaires se déroulent à un rythme quasi-quotidien sur un vaste territoire ; une guerre en bonne due forme qui a pour champ de bataille le désert central de Syrie, appelé la Badia, qui s’étend de la ville de Homs, dans le centre du pays, à la frontière avec l’Irak, à l’Est, et jusqu’à la Jordanie, au Sud. C’est une guerre sans front visible qui se déroule sur un territoire de 60 000 kilomètres carrés.

Malgré des dizaines d’offensives et d’opérations de ratissage, l’armée syrienne et ses alliés ne sont toujours pas parvenus à établir un contrôle total sur la zone désertique.

► À lire aussi : Syrie: l'aviation russe attaque des positions jihadistes et pro-turques au sud d'Idleb

La puissance de feu utilisée contre le groupe État islamique est pourtant impressionnante : l’Observatoire syrien des droits de l’homme fait état d’une centaine de raids aériens russes depuis début décembre. Quelque 600 frappes menées par des hélicoptères et des chasseurs-bombardiers en novembre.

En dépit de tous ces raids et de nombreuses offensives terrestres, le groupe Etat islamique dispose toujours d’une confortable mobilité et d’une capacité à mener des attaques simultanées à des endroits éloignés les uns des autres de plusieurs dizaines de kilomètres. Cela signifie, dans le jargon militaire, que le système de commandement et de contrôle de l’organisation reste opérationnel et efficace.

► À lire aussi : Femmes et enfants de jihadistes: «Il y a urgence pour le gouvernement à les rapatrier en France»

Les régions sous contrôle kurde pas épargnées

La guérilla du groupe État islamique est aussi active dans les régions contrôlées par les forces kurdes, soutenues par les États-Unis, à l’est de l’Euphrate. Dans cette région, les actions de l’EI prennent surtout la forme d’attentats à la bombe contre des patrouilles des forces kurdes, ou des tirs de mortiers et de roquettes contre des puits de pétrole. Le 2 décembre, dix ouvriers sur un champ pétrolier dans l’est de la Syrie ont été tués.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme a recensé depuis le début du mois une trentaine d’attaques imputées à Daech dans les régions contrôlées par les Kurdes, où l’armée américaine déploie encore plusieurs centaines de soldats.

► À lire aussi : Une entreprise danoise condamnée pour avoir vendu du kérosène à l’armée russe en Syrie

Une armée de 10 000 hommes

Les services de renseignements américains estiment que le groupe Etat islamique a reconstruit une armée de 10 000 hommes en Irak et en Syrie. Des sources syriennes assurent qu’en Syrie seulement, l’organisation extrémiste peut en mobiliser davantage.

Cette armée est composée essentiellement de rescapés des anciens bastions du califat auto-proclamé, mais aussi de nouveaux combattants recrutés auprès des tribus bédouines et d’ex-détenus des camps d’incarcération installés dans les régions contrôlées par les Kurdes.

Le groupe État islamique avait anticipé le démantèlement de son califat territorial. Il avait aménagé des caches et stockés armes, munitions et vivres dans le désert en prévision d’une guérilla.

En Syrie, le groupe État islamique a rebâti sa capacité de nuisance