Tops/Flops Croatie-Espagne : Morata en chef de file, la défense croate a coulé

Alvaro Morata a profité des largesses de la défense croate. © Pool via REUTERS / STUART FRANKLIN / Pool via REUTERS / FRIEDEMANN VOGEL Alvaro Morata a profité des largesses de la défense croate.

Tops

Les attaques ont brillé

8 buts marqués ce lundi entre Espagnols et Croates. Match très prolifique, le plus riche en buts dans cet Euro jusqu'à présent. Les attaquants ont été au centre des débats à Copenhague. L'ouverture du score vient néanmoins d'une bévue monumentale d'Unai Simon... L'Espagne réussit pour la deuxième fois de suite dans ce tournoi à marquer 5 buts, avec cinq buteurs différents (Sarabia, Azpilicueta, Torres, Morata et Oyarzabal). Si la Croatie a été globalement dominée, elle s’est créé des occasions franches et aurait pu marquer davantage avec plus de justesse dans la finition.

» LIRE AUSSI - Euro : au terme d'une rencontre totalement folle, l'Espagne écarte la Croatie et rallie les quarts

Morata comme un symbole

Critiqué depuis le début de l'Euro pour son manque de réalisme devant le but, Alvaro Morata a même été victime de menaces. Ce lundi, le joueur formé au Real Madrid a été dans les bons coups. Son impact physique et sa taille ont beaucoup gêné la défense croate. Mais surtout, il a marqué un but capital, celui du 4-3. Alors que la Roja était dominée dans ce début de prolongation, le but de Morata arrivait au meilleur moment possible. Un match plein pour lui.

Pedri remarquable

Le jeune prodige du Barça continue son ascension. Âgé de 19 ans, le Catalan marque forcément des points dans l'esprit de Luis Enrique. Intraitable au milieu, il a régné par sa qualité de passe et sa vision du jeu. Toujours bien placé, il a été le catalyseur du jeu espagnol. Grosse performance du Barcelonais.

Flops

La défense croate a coulé

Privé de Lovren, c'était Caleta-Car qui était aligné à côté de Vida en défense centrale. Les deux centraux de la Croatie ont beaucoup souffert face aux attaquants espagnols. Les latéraux Gvardiol et Juranovic ont eu du mal face ailiers ibériques, Ferran Torres et Pablo Sarabia. Jamais sereins derrière, les défenseurs croates ont semblé avoir toujours un temps de retard, limitant la casse par Livakovic le gardien ou la maladresse espagnole.

Brekalo coupable en prolongation

Remplaçant au coup d'envoi, le joueur de Wolfsburg est entré dans un rôle de latéral, lui l'ailier de formation. Mauvais coaching de la part du sélectionneur croate. Brekalo est fautif sur les deux buts espagnols en prolongation. À chaque fois en retard, il est trop loin sur les buts de Morata et Oyarzabal et à laisser les deux attaquants espagnols seuls. Compliqué pour le jeune Croate, dans un poste qui n'est pas le sien.

Tops/Flops Croatie-Espagne : Morata en chef de file, la défense croate a coulé