Le Maroc propose la création d’un Forum Économique des pays de la CEN-SAD

© Fournis par Journal de Bangui Le Maroc propose la création d'un Forum Économique des pays de la Communauté des Etats Sahélo-Sahariens (CEN-SAD) comme plateforme de coopération entre les opérateurs de la région,  a indiqué mardi le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita."Le Maroc propose la création d'un Forum Economique des pays de la CEN-SAD, qui viendrait compléter l'architecture de notre organisation en matière de développement, et servirait de plateforme d'échange et de coopération entre les opérateurs économiques dans notre espace", a affirmé Bourita lors de la réunion préparatoire à la 21ème Session Ordinaire du Conseil Exécutif de la CEN-SAD. Le Maroc se propose d'en abriter la première édition. Cette proposition s'inscrit en droite ligne avec la vision royale, qui accorde davantage d'attention aux investissements davantage qu'au commerce. Conformément à cette vision, le Maroc "a œuvré pour la co-construction de partenariats favorisant la prospérité et la stabilité partagée avec ses pays frères sahéliens, a soutenu le ministre, puisant dans le discours royal dans lequel le Souverain a souligné que "le Maroc croit à un co-développement fondé sur la coopération intra-africaine et la complémentarité économique, sur la solidarité active et la mutualisation des moyens et des efforts". La CEN-SAD est une véritable miniature de l'Afrique – dans sa richesse, sa diversité et ses défis, a fait observer le ministre, relevant que ce Continent dispose d'un potentiel important pour s'affirmer en tant que région dynamique, pleine de complémentarité, productrice de valeur ajoutée et à même de mutualiser les défis socio-économiques de ses membres. Mais, malgré son potentiel, la CEN-SAD peine à atteindre sa vitesse de croisière, et à être ce catalyseur de stabilité et de prospérité partagées auxquelles aspirent ses populations, a déploré Bourita, arguant que la région continue d'afficher une performance en deçà de ses capacités, dans plusieurs chantiers de l'Agenda 2030 de l'ONU et de l'Agenda 2063 de l'UA. "C'est pour cela que nos efforts doivent tendre à faire émerger notre Communauté comme un creuset de nos efforts collectifs, en faisant avancer notre groupement vers une intégration régionale réelle", a insisté Bourita, soutenant que l'action de la CEN-SAD devrait, dans les prochaines années, tendre vers la mise en place des différentes structures institutionnelles prévues par le traité révisé de la CEN-SAD, notamment le Conseil Permanent Chargé du Développement Durable. Elle devrait tendre également à l'élaboration d'une stratégie dédiée au développement humain dans l'espace sahélo-saharien et de programmes destinés à l'insertion des jeunes et à l'opérationnalisation de la Stratégie de Sécurité et de Développement de la CEN-SAD (2015-2050). Pour le ministre marocain, la sortie de crise pandémique et les évolutions des contextes régional, continental et mondial, "nous appellent à maintenir un appui constant à notre Organisation" et aussi à optimiser le rôle qu'elle peut jouer.. Cela passe, dit-il, par quatre pré-requis, à savoir la restauration d'une cadence normale des travaux des instances dirigeantes de la CEN-SAD car son rôle en tant que levier de développement régional, est tributaire de son dynamisme interne et de sa capacité à répondre aux défis de la région, aux côtés de la CEDEAO, la Communauté économique des États de l'Afrique centrale, et le G5-Sahel. Le second pré-requis est de compléter et opérationnaliser l'architecture de l'Organisation, par la mise en place des nouveaux organes prévus par le Traité Révisé, en particulier le Comité des Ambassadeurs et Représentants Permanents, le Conseil Permanent de Développement Durable, le Conseil Permanent de Paix et de Sécurité, ainsi que le Centre de Lutte contre le Terrorisme – dont il faut relancer les travaux. Dans ce sens, Bourita a proposé la mise en place d'un groupe de coordination des pays de la CEN-SAD membres du CPS de l'Union Africaine, faisant savoir que ce mécanisme serait bien utile pour coordonner le suivi et la défense des priorités chères à la CEN-SAD en matière de paix et de sécurité. Le troisième pré-requis concerne le renforcement des moyens d'action du Secrétariat Exécutif, a noté le ministre. "Nous ne pouvons que féliciter les membres du Secrétariat, qui font tant, avec si peu de moyens", a-t-il souligné, estimant nécessaire d'apporter du renfort, en ressources humaines compétentes, en expertise et en moyens, "si l'on veut un Secrétariat à même de déployer la pleine mesure de son efficiente". Il a appelé, à cet égard, à repenser la politique de la Banque Sahélo-Saharienne pour l'Investissement et le Commerce, notant que cette institution stratégique, doit accompagner les efforts de la Communauté dans les domaines de Développement et sa relation avec les investisseurs potentiels dans cette zone.  Par ailleurs,. Bourita a déploré le fait d'évoquer la thématique sécuritaire à chaque fois que nous parlons du Sahel”, notant que “le fait est qu'en l'espace d'une décennie, notre région est devenue non seulement un lieu de retour et de redéploiement des combattants étrangers, mais aussi un espace producteur de groupes terroristes". Le Sahel reste, malheureusement, la 2ème zone la plus affectée par le terrorisme dans le monde, a fait savoir le ministre, soutenant que s'arrêter sur les défis à la paix et à la sécurité, “notre espace sahélo-saharien n'est, donc, pas une figure de style, mais une préoccupation de fond". Dans ce cadre, il a appelé la CEN-SAD plus que jamais, à accélérer l'opérationnalisation de son Conseil de Paix et de Sécurité, relevant qu' elle gagne, également, à transformer son Forum des services de sécurité en un Comité du renseignement au service de la paix et la sécurité, et à mettre en place un Etat-Major des pays sahélo-sahariens pour lutter plus efficacement contre le terrorisme et le narcotrafic. "Le renforcement des capacités des Etats de notre région, ressort, donc, comme une nécessité structurante", a-t-il insisté, rappelant, à cet égard, que le Bureau du Programme des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme, inauguré au Maroc en juin 2021, pourrait apporter un appui certain.  "Le Maroc s'y attèlera, en étroite coordination avec le Centre CEN-SAD de lutte contre le terrorisme. Mais d'ores et déjà, l'on pourrait mettre en place une coopération judiciaire entre les Etats de l'espace CEN-SAD, comme première action de coordination, immédiate et à coût zéro", a fait savoir Bourita.

The post Le Maroc propose la création d’un Forum Économique des pays de la CEN-SAD appeared first on Journal de Bangui.

Le Maroc propose la création d’un Forum Économique des pays de la CEN-SAD