Brésil: soupçons de corruption dans une affaire de livraison de vaccins

Le président brésilien Jair Bolsonaro pourrait être touché par une affaire de corruption portant sur une livraison importante de vaccins. © EVARISTO SA AFP/File Le président brésilien Jair Bolsonaro pourrait être touché par une affaire de corruption portant sur une livraison importante de vaccins.

Au Brésil, des accusations de fraudes pèsent sur la gestion de la vaccination par le gouvernement de Jair Bolsonaro. Les autorités fédérales ont acheté le vaccin indien Covaxin à un prix bien supérieur à celui du marché. Mais ce vaccin n’a finalement pas été livré et les soupçons montent jusqu’à la présidence. 

L’affaire fait les gros titres de la presse brésilienne. Tout est parti d’un témoignage devant la commission d’enquête parlementaire sur la gestion de la pandémie par le gouvernement de Jair Bolsonaro. Un responsable du ministère de la Santé a révélé des irrégularités dans l’achat du vaccin indien Covaxin, un produit autorisé à l'importation et à l'utilisation sous condition depuis le 4 juin dernier.

Selon ce haut fonctionnaire, l’entreprise brésilienne qui devait importer le médicament l’aurait proposé à un prix onze fois supérieur à la valeur du marché. La facture totale portait selon l'AFP, sur un montant total de 300 millions de dollars.

Ce fonctionnaire affirme avoir reçu des pressions de ses supérieurs pour valider le paiement. Selon la presse locale, l’entreprise brésilienne chargée de l’importation du vaccin a vu son chiffre d’affaire exploser grâce aux contrats conclus avec le gouvernement. Alerté sur cette affaire, le président Jair Bolsonaro avait promis de saisir la police fédérale, mais ne l’a jamais fait.

Ces révélations ont amené l’opposition de gauche à appeler à une nouvelle journée de manifestations samedi prochain contre le président d’extrême-droite. Avec toujours le même mot d’ordre, à savoir que Jair Bolsonaro soit destitué. Et avec l’espoir de rallier aussi une partie du centre droit à ces actions anti-Bolsonaro. 

►À lire aussi : Covid-19 au Brésil: Bolsonaro appelle à faire tomber les masques malgré les 2 000 morts quotidiens

Brésil: soupçons de corruption dans une affaire de livraison de vaccins