Amélioration en France, convoi anti-restrictions en Californie… le point sur le coronavirus

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants: le point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19 dans le monde.

© REUTERS/Gene Blevins

La situation en France

Tous les indicateurs sanitaires liés à la pandémie de Covid-19 ont poursuivi mercredi leur baisse sur 24 heures , qui laisse espérer pour le gouvernement une levée du pass vaccinal à la mi-mars si elle se poursuit. Actuellement les hôpitaux soignent 26 881 malades du Covid, dont 2753 le sont dans les services de soins critiques, qui accueillent les formes les plus graves de la maladie. On en dénombrait respectivement 27 566 et 2842 la veille. Le ministre de la Santé Olivier Véran avait indiqué mardi qu'un passage sous le seuil des 1500 patients en réanimation serait une des conditions à la levée du pass vaccinal.

Le ministre de la Santé vise également à cette échéance une baisse des contaminations en-dessous d'un taux d'incidence de 500 pour 100 000 habitants. Il s'établissait à environ 830 mercredi. Les laboratoires ont enregistré 66 833 cas positifs sur 24 heures. La moyenne quotidienne sur sept jours, qui lisse les à-coups liés notamment aux week-ends, est en nette baisse, avec 70 278 cas, contre plus de 74 000 la veille, et plus de 100 000 il y a une semaine.

Le taux de positivité, qui mesure la proportion de personnes détectées positives sur le nombre de personnes testées, reste élevé, à 23,9%, mais en baisse, après un pic à plus de 34% au début du mois. La maladie a emporté 213 personnes dans les hôpitaux sur les dernières 24 heures. La pandémie a fait 137.489 morts depuis son début il y deux ans. Le programme de vaccination se poursuit, mais à un rythme lent: 54,16 millions de Français ont reçu au moins une dose (80,3% de la population), 53,16 millions sont complètement vaccinées (78,8% de la population) et 38,71 millions ont reçu une dose de rappel. Les chiffres fournis par la Direction générale de la santé sont censés désormais refléter la réalité, après l'annulation récente de "faux certificats" frauduleux.

Californie: des routiers forment un "convoi" anti-restrictions sanitaires vers Washington

Des dizaines de routiers et d'autres manifestants opposés aux mesures sanitaires mises en oeuvre contre le Covid-19 ont formé mercredi dans le sud de la Californie un "convoi" qui doit traverser les Etats-Unis pour aller protester à Washington, à 4.200 km de là.

Emules des manifestants canadiens qui, après une caravane similaire, ont bloqué la capitale Ottawa pendant plus de trois semaines, les organisateurs de ce "convoi du peuple" ont prévu d'arriver à la périphérie de la capitale américaine le 5 mars pour une démonstration de force. Les participants au convoi, qui a quitté à la mi-journée la petite ville d'Adelanto, en Californie du sud, sont soutenus par de nombreuses organisations conservatrices anti-vaccins et anti-masques.

"Il est temps de rouvrir le pays", proclament-ils sur leur site internet, où le montant des donations reçues atteignait mercredi plus de 460.000 dollars selon eux. Leur manifeste réclame en outre "le rétablissement de la Constitution", qu'ils estiment bafouée par les mesures sanitaires. Ce mot d'ordre avait attiré quelque 200 personnes sur le parking du stade d'Adelanto, pour la plupart avec la panoplie habituelle des militants ultra-conservateurs: pick-up, drapeaux américains et bannières proclamant "liberté".

Shane Class, 48 ans, partisan invétéré de l'ex-président Donald Trump, a déjà parcouru 1.300 km pour venir avec son épouse depuis l'Idaho (nord-ouest) et compte rouler jusqu'à la capitale pour manifester "pacifiquement". Arborant fièrement une casquette à l'effigie de Donald Trump, il déclare que "nous sommes tous là pour une raison différente mais ça revient à la même chose: la liberté".

Bryan Brase, l'un des camionneurs placés en tête du convoi, exige "un retour à la normale". "Nous contestons les mesures d'urgence qui ont été mises en oeuvre et nous voulons la fin de tous les décrets sur le port du masque et la vaccination (obligatoire) pour les employés fédéraux et les soignants", dit-il. Les vaccins contre le Covid-19 et le port du masque sont devenus une ligne de fracture au sein de la société américaine, et leur refus un marqueur d'appartenance politique.

Plusieurs gouverneurs républicains ont ainsi invoqué la protection des libertés individuelles pour instaurer des interdictions d'obligations de port du masque dans leur Etat. Avant le départ du convoi, Paul Alexander, qui fut conseiller au ministère américain de la Santé sous la présidence Trump, a pris la parole pour assurer que "les vaccins ont échoué", même si la communauté scientifique garantit qu'ils sont sûrs, efficaces et constituent la meilleure protection contre les formes graves de la maladie. Sous les acclamations, le Dr Alexander a ensuite exhorté les manifestants à s'abstenir de se faire vacciner contre le Covid-19, qui a tué plus de 940.000 Américains depuis le début de la crise sanitaire. Le "convoi" a beau se proclamer apolitique, de nombreux slogans remettaient également en cause la validité de l'élection du président démocrate Joe Biden, épousant la thèse des fraudes électorales qu'orchestre, sans aucune preuve à l'appui, l'ex-président Donald Trump.

Après ce meeting, une trentaine de poids lourds escortés par d'autres véhicules ont fait vrombir leur moteur et ont pris la route en direction de l'Arizona, première étape du convoi. Les organisateurs affirment vouloir respecter les consignes des forces de l'ordre tout au long de leur parcours qui n'entrera pas "dans Washington", coeur des institutions américaines, mais restera aux abords.

Cela n'a pas empêché les autorités de mettre en oeuvre des mesures pour augmenter la sécurité dans la capitale, avec encore en mémoire les événements du 6 janvier 2021. Chauffés à blanc par un discours de Donald Trump, des centaines de ses partisans avaient fait irruption dans le Capitole pour empêcher la certification de la victoire de Joe Biden. Le ministère de la Défense a autorisé le déploiement de 700 gardes nationaux, non armés, pour aider les forces de l'ordre locales jusqu'au 7 mars. Ces militaires n'auront pas le pouvoir de procéder à des arrestations mais pourront signaler tous les fauteurs de troubles aux policiers, précise le Pentagone. Des poids lourds, chasse-neige ou bennes à ordures étaient déjà déployés mercredi dans certaines rues de la capitale pour barrer l'accès à des sites sensibles, alors que plusieurs autres "convois" de manifestants sont annoncés autour de Washington dans les prochains jours.

Le bilan dans le monde

La pandémie a fait officiellement au moins 5.904.193 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mercredi en milieu de journée.

En valeur absolue, les Etats-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de décès (941.773), devant le Brésil (646.419), l'Inde (512.622) et la Russie (347.816).

L'OMS estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui qui est officiellement établi.

Amélioration en France, convoi anti-restrictions en Californie… le point sur le coronavirus