Pétrole en RDC: «Dan Gertler avait obtenu ces blocs dans des conditions très opaques»

La plateforme Le Congo n'est pas à vendre appelle le gouvernement congolais à plus de transparence dans l'attribution des blocs pétroliers. © Cnpav La plateforme Le Congo n'est pas à vendre appelle le gouvernement congolais à plus de transparence dans l'attribution des blocs pétroliers.

En République démocratique du Congo, la société civile se félicite de la décision du gouvernement de ne pas renouveler les permis d'exploitation de l'homme d'affaires israélien Dan Gertler, pour deux blocs pétroliers en Ituri.

Celui que l'on surnomme l'ami de Joseph Kabila conteste cette décision et évoque le cas de force majeure pour expliquer pourquoi certaines parties du contrat de partage de production signée en 2010 avec l'Etat congolais n'avaient pas été respectées. Pour la plateforme de lutte anti-corruption « Le Congo n'est pas à vendre », cette décision est une avancée. Cette plateforme a lancé une campagne contre Dan Gertler et dénonce un manque à gagner pour l'État congolais de plusieurs milliards de dollars, notamment dans le secteur minier. 

Jimmy Munguriek est secrétaire général du cadre de concertation de la société civile de l'Ituri sur les ressources naturelles et membre du Congo n'est pas à vendre. Il explique pourquoi l'octroi de ces blocs à l'homme d'affaires israélien a coûté cher à l'État congolais et il appelle le gouvernement de Sama Lukonde à faire preuve de transparence dans la réattribution de ces blocs.

Nous sommes contents de la décision du gouvernement de ne pas renouveler le permis de Dan Gertler. La relation opaque entre Dan Gertler et le régime de l’époque a créé beaucoup de préjudice à l’État congolais. Dan Gertler n’est pas un investisseur, mais plutôt un commissionnaire. Il a l’habitude d’acquérir des gisements à très faible coût, pour les revendre cent fois plus ! Dan Gertler avait obtenu ces blocs pétroliers en 2010 dans des conditions très opaques, en dépossédant les acquéreurs légaux de l’époque, notamment Tullow Oil sur le bloc 2 et Dig Oil sur le bloc 1.
Et aujourd’hui, si la RDC a été condamnée face à Dig Oil, c’est notamment parce que Dig Oil a été dépossédé par le gouvernement congolais du bloc 1 de Graben Albertine, en faveur de Dan Gertler. Mais le gouvernement congolais doit maintenant prendre sa responsabilité, comme je le disais, dans le respect de la loi. La loi veut que le bloc soit octroyé par appel d’offres. Cet appel d’offres doit être transparent, pour sélectionner l’opérateur qui a la capacité technique et financière.

Un porte-parole de l'homme d'affaires israélien dément les informations fournies à RFI par le ministère des Hydrocarbures. Ce ministère évoquait le non-respect de certaines dispositions du code minier, et plusieurs millions de dollars d'arriérés de paiements. Le porte-parole de l'homme d'affaires israélien assure que c'est faux, que tout a été payé conformément à la loi.

► À lire aussi : RDC: vers l’extraction du pétrole des parcs naturels des Virunga et de la Salonga

Pétrole en RDC: «Dan Gertler avait obtenu ces blocs dans des conditions très opaques»