France: l’AFD fête ses 80 ans en pleine réflexion sur son nom et son positionnement

Le directeur de l'Agence française de développement (AFP) Rémy Rioux, ici dans un discours au musée du Quai Branly, le 6 décembre 2016. © AP - Eric Feferberg Le directeur de l'Agence française de développement (AFP) Rémy Rioux, ici dans un discours au musée du Quai Branly, le 6 décembre 2016.

Alors que l'Agence française de développement (AFD) fête ses 80 ans, jeudi 2 décembre, l’organe rentre dans un cycle de réflexion engagée notamment par le sommet de Montpellier, en octobre. À un moment où beaucoup attendent une demande de renouvellement de positionnement de la France et de l’AFD, quelques porteurs de projets se retrouvent à Paris lors de la cérémonie d’anniversaire de cette organisation.

Jardins urbains, clubs d'enfance, recyclage, compostage... Sélima Mechkene explique son projet de pépinière urbaine de Tunisie pour le réaménagement des espaces publics dans des quartiers défavorisés :

Pour le projet pépinière urbaine, les projets sont déjà conçus par les habitants et ils sont menés par les habitants. Donc c'est vraiment les habitants qui choisissent ce qu'ils veulent avoir dans leurs quartiers. L'AFD, elle, mène son accompagnement technique et financier. Donc, on travaille en partenariat. On n'a jamais eu de problème en type de projet à mettre en œuvre ou des quartiers où l'on intervient. Donc, on sent que même les habitants voient ça comme un avantage le fait que ce sont eux qui choisissent leur projet.

Pour Andreata Muforo, Zimbabwéenne installée au Kenya dont la société soutient des entrepreneurs du secteur social et solidaire, l'important est de changer de paradigme : « Je pense que le type de soutien dont a besoin l'Afrique est un soutien qui est en réalité du partenariat. Ainsi, vous écoutez la voix des populations.  Vous ne venez pas avec des idées que vous appliquez sur des gens. Mais, vous engagez les personnes dans la conversation. Pour moi, les meilleurs partenariats sont ceux où vous vous asseyez à table au même niveau et que vous ressortez avec un projet qui est un réel partenariat. »

Le principe de l'aide publique au développement est actuellement discuté. Une réflexion est menée pour réajuster les efforts vers des investissements qui se voudraient plus solidaires.

Un changement de nom et « nouveau vocabulaire »

Créée sous le nom de Caisse centrale de la France libre en 1941, l’institution financière publique pourrait changer de nom une nouvelle fois dans les prochains mois, 80 ans après son lancement. Soit un projet en voie de réflexion, qui englobe aussi une remise à plat de son fonctionnement et de sa politique de développement, qui « paraissent inadaptés par rapport à notre expérience », selon son directeur Rémy Rioux.

 À écouter aussi : Quelles leçons tirer du sommet Afrique-France?

France: l’AFD fête ses 80 ans en pleine réflexion sur son nom et son positionnement