Enseignement supérieur – Le Seces Antananarivo dénonce l’existence d’enseignants fantômes

© Présenté par

Des enseignants-chercheurs nouvellement recrutés n’auraient pas pris leur poste. Le Seces section Antananarivo réclame des mesures strictes.

DES enseignants-chercheurs et chercheurs-en­seignants de l’enseigne­ment supérieur (Seces) section Antananarivo dénonce l’existence d’enseignants-chercheurs fantômes. « Des enseignants nouvellement recrutés ne sont pas présents sur leur lieu d’affectation », signale un membre du bureau du Seces, section Antananarivo, hier. Ce syndicat avance que le recrutement de certains de ces enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants n’a pas obtenu l’accord des collèges des enseignants.

« Ce sont les vacataires acceptés par les collèges des enseignants qui doivent être recrutés. Mais il se trouve que des agents de certains ministères, entre autres, sont recrutés sans passer par les procédures normales. Par conséquent, le département dans lequel il est affecté ne lui offre pas de poste », indique la source pour expliquer l’absence de certains enseignants nouvellement recrutés à leur poste. D’autres ne seraient jamais revenus, après leur prise de service. « Ils sont retenus à leurs anciennes fonctions », enchaîne la source.

Le Seces section Anta­nanarivo réclame au ministère de l’Enseignement supérieur et de recherche scientifique, des mesures strictes pour ces fonctionnaires « stagiaires » qui se réfugient dans le « Corps des enseignants chercheurs et chercheurs enseignants » mais n’exercent pas leurs fonctions d’enseignants-chercheurs et d’enseignants-chercheurs. Il s’agit d’un problème soulevé, lors de l’assemblée générale des membres du bureau du Seces Antanana­rivo qui a lieu à Ankatso, le 20 avril.

Contrôler et vérifier

Le ministère de l’Enseigne­ment supérieur et de la recherche scientifique n’aurait pas encore détecté des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants fantômes, pour l’heure. « Mais des mesures seront prises, progressivement. Le Seces a fait des propositions. Le ministère a, également, des idées. Il est prévu, par exemple, de mettre en place des fiches de présence au niveau de chaque département. Des sanctions seront prises. », lance le secrétaire général du ministère, le docteur Julien Salava. « En tant que partenaire du ministère, le Seces peut contrôler et vérifier les enseignants qui sont à leur poste ou non. », indiquait le professeur Sammy Grégoire Ravelonirina, président du Seces section Antana­narivo.

Enseignement supérieur – Le Seces Antananarivo dénonce l’existence d’enseignants fantômes