Dans les Caraïbes, la tournée du prince William et de Kate Middleton tourne à la déconfiture

Kate Middleton, le prince William et l'amiral Antoinette Wemyss Gorman, qui est à la tête des forces de défense jamaïcaines, à l'aéroport de Kingston. © AFP - RICARDO MAKYN Kate Middleton, le prince William et l'amiral Antoinette Wemyss Gorman, qui est à la tête des forces de défense jamaïcaines, à l'aéroport de Kingston.

Dans les Caraïbes, la tournée du prince William et de son épouse Kate Middleton vient de s’achever. Le petit-fils de la reine d’Angleterre Elizabeth II a visité plusieurs pays du Commonwealth dans cette région, une organisation internationale regroupant les anciennes colonies britanniques. L’objectif est de resserrer les liens entre la Couronne et ses anciennes colonies, à l’occasion des 70 ans de règne d’Elizabeth II. Mais l’opération n’est pas vraiment un succès.

Ce n’est pas faute d’avoir essayé : depuis son arrivée, dimanche dernier, le prince William a multiplié les gages de bonne foi. Lors de sa dernière escale, vendredi 25 mars aux Bahamas, il a prononcé un discours devant le Premier ministre Philip Davis.

« Avec la Jamaïque qui fête ses 60 ans d'indépendance cette année, et le Belize qui a fêté ses 40 ans d'indépendance l'année dernière, je tiens à dire ceci : ‘Nous soutenons avec fierté et respect vos décisions concernant votre avenir’ », a-t-il déclaré.

Il faut comprendre que la Couronne soutiendra les trois États même s’ils décident de ne plus reconnaître la reine Elizabeth II comme leur souveraine. Drôle de façon de fêter ses 70 ans de règne.

« Aspect colonial » 

Cette concession cache mal le fiasco de cette tournée. En début de semaine, l'hélicoptère princier a été empêché d'atterrir au Bélize, où des manifestants se sont rassemblés. Ils protestaient contre « l’aspect colonial » de la visite du duc et de la duchesse de Cambridge.

C’est le même son de cloche en Jamaïque, la deuxième escale, où le prince a été accueilli par des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « Excusez-vous ». Une référence à l'esclavage auquel la Couronne a participé. 

Au cœur du tollé, un symbole, une photo. William et Kate Middleton serrent la main de plusieurs enfants jamaïcains, mais un grillage les sépare. Cette tournée devait resserrer les liens, elle n'aura eu pour conséquence que d'éloigner encore un peu plus les Caraïbes de la Couronne.

Dans les Caraïbes, la tournée du prince William et de Kate Middleton tourne à la déconfiture