Jean-Louis Aubert : cet étonnant point commun avec François Hollande

Jean-Louis Aubert : cet étonnant point commun avec François Hollande © Patrick Carpentier / Bestimage Jean-Louis Aubert : cet étonnant point commun avec François Hollande

Ce 12 avril, Jean-Louis Aubert fête ses 67 ans. L’occasion de revenir sur son lien surprenant avec une personnalité aux antipodes de son univers : François Hollande. Ayant fréquenté le même établissement scolaire, les deux hommes auraient pourtant pu devenir très amis.

A priori, peu de choses semblent lier le chanteur aux allures de rock star, Jean-Louis Aubert (qui fête ce 12 avril ses 67 ans), et l’ancien président de la République, François Hollande. Mais dans un article publié en juillet 2021, Le Parisien révélait que les deux hommes avaient fréquenté le même établissement scolaire : le lycée Pasteur à Neuilly-sur-Seine. Encore mieux, ils auraient eu comme surveillant, une autre star française : Gérard Jugnot. L’acteur, de trois ans leur aîné, avait trouvé après ses études un poste de surveillant dans son ancien lycée. « Les élèves m’appelaient Attila à cause de ma moustache et de l’autorité que j’essayais d’avoir. J’ai surveillé Jean-Louis Aubert ! Et peut-être François Hollande », avait ainsi raconté au quotidien l’un des fondateurs du Splendide.

Cinquante ans plus tard, l’un est devenu homme politique, l’autre chanteur. Si le premier n’est plus sur le devant de la scène, le second continue d’y monter pour donner des concerts. À 67 ans, l’ex-membre du groupe Téléphone à cependant était contraint de ralentir le rythme, notamment à cause du Covid. Ainsi, en janvier dernier, il annonçait à ses fans l’annulation des treize dernières dates du Olo Tour.

Une opération à cœur ouvert

Quelques mois plus tôt, en 2020, il avait déjà été contraint de prendre du repos suite à opération du cœur. « Mon médecin m'a découvert une malformation de naissance : ma valve aortique n'avait plus qu'un petit trou. Je pouvais faire comme Joe Strummer ou Elvis Presley, m'écrouler à tout moment », avait-il expliqué dans Le Parisien. Si l’opération s’était déroulée sans accrocs, une longue convalescence avait suivi. Depuis le père d’Arthur semble avoir repris du poil de la bête, sans avoir récupéré à 100 % ses capacités. En juin dernier, il confiait au micro de RTL : « La guitare acoustique c'est un peu compliqué, mais là je joue principalement de la guitare électrique. »