Tchad: des bénévoles organisent des séances de lecture à domicile

Le musée national et la bibliothèque nationale du Tchad, à N'Djamena. © Wikimedia Commons CC-BY 2.0 Ken Doerr Le musée national et la bibliothèque nationale du Tchad, à N'Djamena.

Au Tchad, les livres restent encore un luxe pour beaucoup d’enfants. Ndjamena, la capitale, ne compte qu’une seule librairie. Les bibliothèques de la ville regorgent de livres anciens, religieux ou scolaires, mais pas ou presque d’histoires pour enfants. Pour faire voyager les enfants à travers des histoires et des contes, des passionnés de lecture ont ouvert une bibliothèque à Gassi, un quartier du sud de la capitale et organisent des séances de lecture à domicile.

Avec notre correspondant à Ndjamena, Aurélie Bazzara-Kibangula

Raïssa choisit des livres pour enfants parmi la centaine d’ouvrages de la petite bibliothèque de Gassi… puis elle se rend chez une famille du quartier, pour une séance de lecture à domicile : « Bonjour ! Ici, il y a deux enfants. On va commencer la lecture avec eux. […] Je lis et vous allez m’expliquer après. C’est bon ? »

Tour à tour, les enfants lisent quelques lignes, comme David, 9 ans : « J’aime lire et j’aime découvrir les images, les couleurs et beaucoup de choses dedans. Cela me rend très heureux. »

Donner envie de lire

À Gassi, difficile pour ces enfants d’avoir accès à des livres. Ces lectures à domicile font donc entrer des histoires dans leur quotidien. Christian Golao, est lecteur bénévole : « Pour un enfant qui veut lire, il faut qu’il aille jusqu’à Don Bosco. C’est un peu loin, c’est au moins à 3 km. Donc, pour les enfants de 10 ans, parcourir une telle distance, c’est un peu pénible. De plus, avec l’insécurité que nous connaissons dans la ville, ce n’est pas évident de laisser son enfant y aller. Et donc, nous venons avec quelques échantillons de livres, nous les présentons. Cela rapproche les livres et cela rapproche les familles. Ils apprécient. »

L’objectif pour ces bénévoles, c’est de donner le goût de la lecture aux enfants et leur donner envie de venir lire, un jour, à la petite bibliothèque de Gassi.

►À lire aussi: Tchad: un professeur ouvre une école dans un camp de nomades [1/2]

Tchad: des bénévoles organisent des séances de lecture à domicile