Cannes : en refusant Avatar, Matt Damon a perdu une fortune

Distribuant généreusement autographes et selfies, Matt Damon a fait chauffer l'applaudimètre sur la Croisette. © ERIC GAILLARD / REUTERS Distribuant généreusement autographes et selfies, Matt Damon a fait chauffer l'applaudimètre sur la Croisette.

Être sur la Croisette incite aux confidences. Honoré d'une masterclass par le Festival de Cannes, Matt Damon, qui y présentait hors compétition le drame familial Stillwater avec Camille Cottin, a été d'une transparence inattendue. La star de Jason Bourne et Seul sur Mars est revenue sur sa collaboration manquée avec James Cameron, question qu'il avait déjà évoquée dans nos colonnes lors de la sortie en salle du Mans 66, il y a deux ans.

À la fin des années 2000, le réalisateur de Titanic lui avait proposé le rôle principal d'Avatar,dont la technologie 3D révolutionna les films à gros spectacles. Mais Matt Damon avait décliné par loyauté envers la franchise Jason Bourne en cours de tournage.

Mais ce que l'on ignorait jusqu’à cette masterclass cannoise, c'est le pont d'or que lui offrait James Cameron. Dix pour cent des recettes qui se sont élevées au final à 1,2 milliard de dollars! «Je resterai dans l'histoire comme l'acteur ayant décliné le plus gros chèque du septième art», s'est amusé Matt Damon qui a aussi évoqué ses velléités non assouvies de réalisateur sur Manchester By The Sea de Kenneth Lonergan et Promised Land, finalement confié à Gus Van Sant.

La bonne étoile fugace de Sam Worthington

Le comédien, oscarisé avec son meilleur ami Ben Affleck pour le scénario de Good Will Hunting, a partagé au fil des années cette mésaventure avec plusieurs proches dont John Krasinski. Malicieux la tête d'affiche de The Office et Sans un bruit lui a fait remarquer, raconte Matt Damon, que «faire Avatar n'aurait pas changé sa vie [sur le plan financier] sauf sur le fait que si Damon avait dit oui, nous aurions cette conversation dans l'espace».

En revanche le refus de Damon lui a permis d'être involontairement le bon samaritain de celui qui l'a remplacé : l'Australien Sam Worthington. Méconnu au moment du casting, le comédien de 45 ans avait vendu toutes ses possessions et vivait dans sa voiture quand James Cameron l'a choisi en 2007. S'il n'a jamais, selon toute probabilité, empoché 10% des recettes, la notoriété offerte dans Avatar l'a propulsé dans le péplum Le choc des Titans, le film d'aventures Everest et le récit guerrier de Mel Gibson Tu ne tueras point. L'Australien se fit ensuite très discret. En partie occupé par des thrillers indépendants comme Lansky ou La fracture. Et également pris par les pléthoriques suites d'Avatar que James Cameron est en train de boucler et dont le premier volet devrait sortir en 2022. Mais aux dernières nouvelles, malgré les regrets éternels de Matt Damon, aucun petit rôle de rattrapage ne lui a été offert.

Cannes : en refusant Avatar, Matt Damon a perdu une fortune