Une 4e vague dès le mois d'août ? Karine Lacombe n'a plus de doute

Une 4e vague dès le mois d'août ? Karine Lacombe n'a plus de doute © Capture d'écran BFMTV Une 4e vague dès le mois d'août ? Karine Lacombe n'a plus de doute

Ce vendredi 9 juillet, Karine Lacombe a répondu aux questions de Jean-Jacques Boudin sur BFMTV. L'infectiologue a notamment souhaité alerter sur l'arrivée potentielle d'une quatrième vague de Covid-19 "pour le mois d'août."

La crise sanitaire est loin d'être terminée. Ce vendredi 9 juillet, Karine Lacombe a été reçue dans l'émission matinale de Jean-Jacques Bourdin, sur BFMTV, pour faire un point sur la situation. Après avoir évoqué la progression du variant Delta sur le territoire français, l'infectiologue a évoqué l'arrivée imminente d'une quatrième vague de Covid-19 : "On l'avait déjà plus ou moins anticipée, ce qu'on ne savait pas, c'était son intensité et surtout, quand elle allait arriver", a-t-elle rappelé en préambule, et d'ajouter : "Vu le taux de transmission extrêmement élevé de ce variant, elle va arriver (...) probablement pour le mois d'août", a annoncé la cheffe du service d'infectiologie à l'hôpital Saint-Antoine.

Face à Jean-Jacques Bourdin, Karine Lacombe a une nouvelle fois souhaité rappeler l'importance de la vaccination face à la propagation du virus et des variants : "Ça va vraiment dépendre de nos comportements à tous et de l'accès à la vaccination", a souligné l'infectiologue, qui a déjà plusieurs fois appelé les Français à rester vigilants. Selon elle, "la vaccination est le seul remède efficace de prévention contre les formes graves du Covid-19", a assuré l'intéressée à l'antenne de BFMTV.

Karine Lacombe favorable à la vaccination obligatoire

Ce vendredi 9 juillet, Karine Lacombe a martelé que la vaccination était "une arme efficace de prévention". Alors que le fait de rendre la vaccination obligatoire a suscité de vifs débats en France, l'infectiologue a déjà laissé entendre qu'elle y était favorable. En juin dernier, alors qu'elle évoquait l'épidémie de Covid-19 dans les pages de Libération, la cheffe du service d'infectiologie à l'hôpital Saint-Antoine, a alerté sur la réalité de la situation : "On a encore les deux pieds dedans", a-t-elle affirmé, avant de préciser qu'elle se disait "pour l'obligation à toute la population" de la vaccination. Et d'adresser un message aux antivax : "Le vaccin est efficace, son innocuité [est] démontrée, il n'y a aucune raison qu'il y ait encore autant de réticence."

Une 4e vague dès le mois d'août ? Karine Lacombe n'a plus de doute