Agression du Lorientais Yoane Wissa: la suspecte voulait enlever son enfant

Yoane Wissa était dans un «état stable» après l'agression dont il a été victime jeudi soir. © Panoramic Yoane Wissa était dans un «état stable» après l'agression dont il a été victime jeudi soir.

L'enquête sur l'agression dont a été victime l'attaquant congolais du FC Lorient Yoane Wissa à son domicile jeudi avance à grands pas. L'Equipe révèle qu'une femme a été interpellée à Vannes, suspectée d'une autre agression, le lendemain, mais aussi de l'enlèvement d'un nourrisson.

Wissa hospitalisé en urgence et touché aux yeux

Jeudi dernier, Yoane Wissa avait reçu la visite d'une femme à son domicile, venue demander un autographe pour son fils. Dans la soirée, cette personne était revenue peu avant minuit, s'introduisant dans le domicile de l'international avant de l'asperger d'acide. Le Merlu, brûlé aux yeux, avait été transporté en urgence à l'hôpital avant d'être opéré le lendemain. Il est dans un état jugé «stable».

L'Equipe révèle que la femme de 32 ans, qui avait quitté rapidement le domicile après l'agression, avait l'intention d'enlever le nouveau-né, une petite fille, au domicile du joueur et de sa compagne. Elle aurait expliqué aux enquêteurs vouloir remplacer son enfant, perdu en raison d'une fausse couche récemment. Elle n'avait pas révélé ce drame à son conjoint, «de peur qu'il ne la quitte».

Le lendemain, après cette tentative de kidnapping avortée, cette même femme avait récidivé avec un couple d'Africains. Se faisant passer pour une assistante sociale, elle a donné rendez-vous à la mère de famille qui avait donné naissance un mois plus tôt à une fille. Après s'être emparée de l'enfant, elle a aspergé la maman avec un produit corrosif. Celle-ci a été grièvement brûlée, sur 30% du corps précise L'Equipe, et transférée à l'hôpital spécialisé pour ce type de blessures, de Bordeaux.

La suspecte victime de troubles psychiques

Repérée et localisée par les enquêteurs qui ont remonté la trace de ses appels téléphoniques, l'auteure présumée des faits a été interpellée samedi matin et le bébé, enlevé, a pu être retrouvée et remis à sa famille. Il était en bonne santé. La suspecte, souffrant de troubles psychiques, a été hospitalisée. L'enquête se poursuit pour «tentative d'homicide», «enlèvement », «séquestration» ainsi qu'«actes de torture et barbarie».

Agression du Lorientais Yoane Wissa: la suspecte voulait enlever son enfant