Hongrie: Emmanuel Macron en visite chez son adversaire européen Viktor Orban

Le président français Emmanuel Macron et le président Viktor Orban lors d'un sommet européen, le 6 octobre 2021. © Petr David Josek/AP Le président français Emmanuel Macron et le président Viktor Orban lors d'un sommet européen, le 6 octobre 2021.

Le président français est en visite officielle à Budapest lundi 13 décembre, où il boucle son tour d’Europe, avant que la France prenne la présidence de l’Union européenne le 1er janvier prochain.

Emmanuel Macron rencontrera les quatre dirigeants du groupe de Visegrad (regroupant Hongrie, République Tchèque, Pologne et Slovaquie), avant de s'entretenir avec Viktor Orban et avec des dirigeants de l’opposition hongroise.

Jeudi 9 décembre, le chef de l'État français parlait d'« un adversaire politique, mais un partenaire européen » pour évoquer Viktor Orban avec qui il s'oppose sur de nombreux sujets. « Quelles que soient nos sensibilités politiques, nos choix, nous devons travailler ensemble pour notre Europe et donc, mon devoir est de porter la voix de la France et d'aider à construire des compromis utiles pour l'Europe. »

Viktor Orban a pourtant souvent été cité par Emmanuel Macron comme le chef de file d'un camp nationaliste et souverainiste dans l'UE, auquel il oppose celui des europhiles « progressistes ».

Appel à l'aide d'un élu d'opposition hongrois

Avant cette visite du chef de l'État français, Gabor Eröss, élu local de l’opposition hongroise, membre d’un parti écologiste et maire adjoint du 8e arrondissement de Budapest, s'adresse dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron. L'opposant s'attaque sur RFI à la politique d'extrême droite de Viktor Orban : « M. Macron, la Hongrie où vous vous rendez est gouvernée par l’extrême droite. Depuis douze ans bientôt, on a des campagnes de haine à répétition visant et stigmatisant des groupes vulnérables : que ce soit les Roms, c’est-à-dire la minorité tsigane, les sans-abri, les migrants ou actuellement la communauté gay et lesbienne. »

Pour Gabor Eröss, les discours de haine et stigmatisant les minorités servent à cacher la « corruption généralisée omniprésente, qui existe dans les plus hautes sphères du pouvoir. Le propre gendre de Viktor Orban a été épinglé par l’agence anti-fraude de l’Union européenne. À chaque fois qu’ils fraudent, ce sont les contribuables européens, dont les Français eux-mêmes, qui se font voler. Voilà, Français, vous vous faites voler par un Premier ministre d’extrême droite, raciste et extrémiste, chef d’un système mafieux en place en Hongrie depuis onze ans et demi déjà. »

 À écouter aussi : Reportage international - Hongrie: corruption autour de Viktor Orban

Gabor Eröss appelle ainsi Emmanuel Macron à faire respecter les valeurs de l'Union européenne : « On a besoin d’une présidence française qui fasse respecter, et pas seulement sur le papier, les valeurs de la République, qui sont les mêmes que les valeurs de l’Union européenne. Des valeurs que Viktor Orban bafoue ».

Évoquer les points de désaccord

La présidence française assure qu'Emmanuel Macron parlera des points de désaccord lundi. La communauté LGBT+ hongroise a notamment appelé le président français à évoquer le sujet lors de sa rencontre avec Viktor Orban, dans une lettre ouverte au magazine français LGBT+ Têtu.

Dès son arrivée à Budapest le président français ira d'ailleurs se recueillir sur la tombe de la philosophe Agnès Heller, décédée en 2019. Une figure de l'opposition à Viktor Orban qu'il avait reçue au palais présidentiel de l'Élysée en 2018.

 À lire aussi : Carrefour de l'Europe - Souveraineté: le mot qui divise l'Europe

Hongrie: Emmanuel Macron en visite chez son adversaire européen Viktor Orban