« Un peu de tension dans le tube » : Olivier Véran et Jean-Michel Blanquer fâchés ?

Alors que les cas de Covid-19 se multiplient par milliers, la tension monte dans les ministères. Si face aux caméras, Olivier Véran et Jean-Michel Blanquer bravent les questions des journalistes en chœur, dans la sphère privée, la relation entre deux hommes politiques s'avère bien moins joyeuse.

Les temps sont rudes pour Jean-Michel Blanquer. Alors qu'il est dans la ligne de mire des syndicats de l'enseignement, les parents d'élèves et l'opposition qui s'insurgent contre le protocole sanitaire mis en place dans les écoles et révélé à quelques heures de la rentrée, dans un article payant du Parisien, le ministre doit également faire face à l'irritation de ses collègues. Alors qu'il aurait pu se réconforter auprès des membres du gouvernement, qui traversent la crise sanitaire de façon similaire, il n'en est rien.

Ces derniers temps, le climat serait tendu entre Jean-Michel Blanquer et Olivier Véran. "Il y a eu un peu de tension dans le tube, mais ça ne va pas plus loin", rapporte une source du Ministère des Solidarités et de la Santé au Parisien, ce mercredi 12 janvier. Si l'année ne commence pas de la meilleure des façons pour le ministre, il lui faut plus pour perdre ses moyens. "J'ai le dos large, j'en ai vu d'autres", a-t-il l'habitude de répondre à ses détracteurs.

Découvrez les ministres de Jean Castex en images.

© Fournis par Gala Olivier Véran et Jean-Michel Blanquer à Paris, le 25 novembre 2021 Eliot Blondet / Pool / Bestimage

Protocole sanitaire dans les écoles : Jean-Michel Blanquer se défend

Comme l'écrit le quotidien, "le ministre porte en totem" le fait de ne pas avoir été contraint de fermer de nouveau les écoles pendant cette cinquième vague, marquée par le variant Omicron. Et alors qu'il semble fier de sa réussite, dans les rangs du président, comme pour les parents et les enseignants, le protocole et ses conséquences sont bien loin d'être à la hauteur. "C'est un peu paradoxal de passer pour le père Fouettard qui met des contraintes qu'on me demande de poser, alors que je fais tout justement pour maintenant l'école ouverte", se défend-il dans la sphère privée.