Italie: 558 réfugiés autorisés à accoster après onze jours en mer

Un test de dépistage du COVID-19 à bord du Geo Barents avant un débarquement au port d'Augusta, sur l'île de Sicile, en Italie, le mercredi 29 septembre 2021. (Image d'illustration) © AP - Samy Magdy Un test de dépistage du COVID-19 à bord du Geo Barents avant un débarquement au port d'Augusta, sur l'île de Sicile, en Italie, le mercredi 29 septembre 2021. (Image d'illustration)

Le pays connaît une forte augmentation du nombre d'exilés et de réfugiés rejoignant ses côtes ces derniers mois. Selon les données du ministère italien de l'Intérieur, au 28 décembre, 66 482 migrants ont atteint l'Italie depuis le début de l'année, contre 34 134 à la même période en 2020.

Ce mardi en fin de journée, l’Italie a autorisé le Geo Barents à accoster au port d'Augusta en Sicile. Ce navire humanitaire est géré par l’organisation non gouvernementale Médecins sans frontières (MSF).

C'est le soulagement et la fin d’une errance en mer pour ses 558 passagers, originaires pour la plupart d’Afrique. Au cours de ces onze derniers jours, l’équipage a soigné des brûlures de carburant, des infections respiratoires, des blessures liées à des violences en attendant le feu vert des autorités italiennes.

174 mineurs non accompagnés

MSF indique qu'une femme enceinte de 8 mois et 174 mineurs non accompagnés, dont certains d'à peine 12 ans, se trouvaient à bord. Le dernier des sauvetages a été mené le 24 décembre : les secouristes ont repéré un petit bateau en bois en détresse, où s’entassaient 100 personnes sur deux niveaux.

L’attente, en revanche, se poursuit pour un autre navire, le Sea Watch allemand, avec à son bord 440 personnes. En 3 jours, l’équipage a organisé 5 opérations de sauvetage en mer. Ce mardi, 4 personnes dont une femme enceinte, ont pu être évacuées. « Les conditions météorologiques se détériorent [...] avec des vents forts et de la pluie. [...] Un navire ne peut offrir qu'une protection limitée dans de telles conditions », écrit l’équipe du Sea Watch sur son compte Twitter.

À lire aussi : Migrants : multiplication des naufrages et des opérations de sauvetage en Méditerranée

Italie: 558 réfugiés autorisés à accoster après onze jours en mer