VIDÉO - “Il fait une connerie” : Apolline de Malherbe déçue par Emmanuel Macron

VIDÉO - “Il fait une connerie” : Apolline de Malherbe déçue par Emmanuel Macron © Capture France 5 VIDÉO - “Il fait une connerie” : Apolline de Malherbe déçue par Emmanuel Macron

Invitée sur le plateau de C à vous aux côtés de David Pujadas, Apolline de Malherbe a pu détailler les regrets qu’elle ressentait vis-à-vis d’Emmanuel Macron, qui n’a pas accordé d’interview à RMC à l’inverse de tous les autres candidats.

La campagne présidentielle d’Emmanuel Macron s’est résumée à quelques déplacements, un grand meeting et très peu d’incursions à la télévision et à la radio avant le second tour. Il est le candidat qui a fait le moins d’interviews et le moins d’émissions. Apolline de Malherbe l’a regretté, sur le plateau de C à Vous, sur France 5, où elle était invitée, ce vendredi 22 avril, aux côtés de David Pujadas. La journaliste a été très franche quant à son ressenti, après le refus du président sortant d’être interviewé par la journaliste, sur RMC et BFMTv : "Franchement, c’est un grand regret. Je pense qu’il a fait une connerie", a-t-elle confié.

Elle a par la suite défendu avec ardeur son créneau du matin, sur RMC : "C’est un rendez-vous très franc, c’est un vrai moment d’échange. L’interview de 8h30 à RMC, elle est à portée de claque, c’est un vrai face-à-face, il n’y a ni fioriture, ni cachette, il y a uniquement des questions et des réponses", a-t-elle précisé.

"Il aurait pu entendre cette France-là"

Ensuite, Apolline de Malherbe a explicité le rôle des interviews qu’elle mène et l’importance qu’elles ont aux yeux de ses auditeurs : "Je crois beaucoup au rôle de l’échange, de la contradiction. Quand je fais cette interview, je suis nourrie par toutes les questions et par toutes les remarques des auditeurs qui appellent le matin." Parmi ces auditeurs, beaucoup auraient aimé entendre ce que le président-candidat leur aurait répondu, mais ce n’est jamais arrivé... "Il aurait pu entendre cette France-là, il ne l’a pas fait. Je pense que c’est dommage."

Article écrit en collaboration avec 6Medias.