Fête du travail : Cyril Ramaphosa hué lors de son discours

Cyril Ramaphosa a quitté précipitamment les célébrations du 1er mai après que des mineurs ont envahi la scène sur laquelle il devait s'exprimer.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosaà l'Union Buildings de Pretoria, le 28 avril 2022. © PHILL MAGAKOE/AFP or licensors Le président sud-africain Cyril Ramaphosaà l'Union Buildings de Pretoria, le 28 avril 2022.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a renoncé à son discours pour la Journée des travailleurs, dimanche, dans la ville de Rustenburg, lorsque des mineurs en grève ont pris d'assaut la scène.

Les travailleurs employés par la mine Sibanye-Stillwater réclament une augmentation de salaire de 1 000 rands (63 dollars américains) par mois au lieu des 850 rands (54 dollars américains) proposés par la mine.

M. Ramaphosa a été hué lorsqu'il a commencé son discours en appelant les grévistes et les autres membres du Congrès des syndicats sud-africains à se calmer et à écouter ce qu'il avait à dire.

"Nous avons entendu que vous voulez vos 1 000 rands. Nous allons nous occuper de cette question", a déclaré M. Ramaphosa aux travailleurs en grève.

Tshiamo Diole, membre du South African Democratic Teacher's Union (SADTU), a déclaré que les travailleurs en avaient assez des promesses vides et a promis que les travailleurs descendraient dans la rue si leurs demandes n'étaient pas satisfaites. Peu après, Cyril Ramaphosa a été contraint de renoncer à son discours lorsque des mineurs en colère ont pris d'assaut la scène du stade Royal Bafokeng. Les gardes de sécurité du chef de l'Etat l'ont emmené à l'extérieur du stade.

Zingiswa Losi, président du Congrès des syndicats sud-africains (COSATU), a déclaré que le chaos qui s'est installé était révélateur de ce que les travailleurs pensaient réellement de leurs dirigeants.

La colère des grévistes s'est encore accrue ces derniers jours à la suite d'informations selon lesquelles le PDG de Sibanye-Stillwater, Neal Froneman, a gagné plus de 300 millions de rands (19 millions de dollars américains) en 2021 sous forme de salaires et de plans d'actionnariat.

Rustenburg, dans la province du Nord-Ouest, est une région tumultueuse pour Ramaphosa et le parti au pouvoir en Afrique du Sud, le Congrès national africain. De nombreux membres du syndicat continuent de leur reprocher le massacre de Marikana, où 34 mineurs ont été abattus par la police lors d'une grève à la mine de Lonmin en 2012, alors que le président Ramaphosa était un directeur non exécutif de Lonmin.

La scène tumultueuse de dimanche indique les défis auxquels Cyril Ramaphosa devra faire face plus tard cette année dans son effort pour être réélu à la tête de l'ANC, car les syndicats sont un élément clé du parti.

Fête du travail : Cyril Ramaphosa hué lors de son discours