Doute sur le renouvellement des mandats des soldats allemands au Mali

Des hauts gradés de l'armée allemande au Mali © picture alliance/dpa/Bundeswehr Des hauts gradés de l'armée allemande au Mali

La colère gronde à Berlin contre les putschistes sous l’autorité du colonel Assimi Goïta, depuis que ce dernier s'est emparé du pouvoir par un double coup d'Etat en août 2020 et mai 2021, puis a décidé de ne pas organiser d’élections en février comme prévu.

Pour la première fois, le Mali a refusé le 19 janvier le survol de son territoire à un avion militaire allemand. L'avion qui avait 75 soldats à bord a alors dû faire demi-tour.

Le gouvernement malien a ensuite demandé aux soldats danois de la mission européenne Takuba de quitter immédiatement le pays. Une décision que le gouvernement allemand a déplorée.

Tous ces actes mettent en danger une prolongation de la mission de la Bundeswehr au Mali, selon Agnieszka Brugger, experte en matière de défense pour les Verts au Bundestag. Elle pense que le retour à l’ordre constitutionnel sera une condition de la poursuite de la mission de la Bundeswehr.

"Une grande irritation et un grand agacement ont bien sûr été provoqués par les récentes décisions du régime de transition, par lesquelles les troupes internationales, y compris la Bundeswehr, ont été entravées dans leur liberté de mouvement dans le cadre de la mission, par exemple par des droits de survol refusés", souligne Agnieszka Brugger.

Stabilisation du Mali

Les soldats allemands sont engagés au Mali depuis près de neuf ans et ils participent, par des missions de maintien de la paix ou de formation de l’armée malienne, à la stabilisation du pays.

Mais désormais, le pouvoir est entre les mains de militaires putschistes et les djihadistes occupent des pans entiers du territoire malien.

Selon Florian Hahn, porte-parole du groupe parlementaire CDU/CSU au Bundestag pour la politique de défense, il est important que le pays soit stabilisé pour soutenir les intérêts allemands. Peu importe d’ailleurs qui gouverne.

"Si nous ne soutenons plus que des pays qui sont des démocraties irréprochables, nous n'agissons pas dans notre propre intérêt en matière de politique de sécurité. Nos objectifs prioritaires sur place doivent être la lutte contre le terrorisme et la prévention d'une migration massive non contrôlée vers l'Europe", explique Florian Hahn.

Retour de la Russie

Si la Bundeswehr et plus généralement les soldats occidentaux devaient quitter le Mali, on pourrait alors s'attendre à ce que la Russie comble le vide ainsi créé par leur départ, par l’intermédiaire du groupe paramilitaire Wagner.

Les militaires au pouvoir au Mali nient toujours la présence de cette société russe proche du Kremlin et reconnaissent seulement la présence d'instructeurs militaires russes au Mali.

Auteur: Delali Sakpa, Mireille Dronne

Doute sur le renouvellement des mandats des soldats allemands au Mali