Les ambitions de Taghazout Bay pour le tourisme national

Les établissements hôteliers ont pu compter sur les touristes nationaux, l’année dernière, dans le contexte de la fermeture des frontières à cause du Covid-19. Taghazout Bay compte capitaliser sur cette expérience pour la prochaine saison estivale, et s’attend à des taux d’occupation supérieurs.

Frontières ouvertes, faible nombre d’infections au Covid-19 et préparations en cours de l’opération Marhaba 2022… Les indicateurs sont bons pour une reprise de l’activité touristique au Maroc. Alors que le royaume s’attend à une hausse notable du nombre de touristes, notamment de l’étranger, comparé à l'année dernière, Taghazout Bay garde un œil sur la clientèle marocaine.

«Aujourd’hui, pour la partie hôtellerie, 80% de la station est opérationnelle. Le Hilton va ouvrir cette année et le Marriott pour l’année prochaine, ce qui devrait nous permettre d’achever la partie hôtellerie en front de mer», nous confie ce jeudi Mohammed Cherkaoui Eddeqaqi. Le Directeur général de la Société d'aménagement et de promotion de la station de Taghazout (SAPST) souligne que la station balnéaire nichée au nord d’Agadir séduit de plus en plus les Marocains.

«Cette année, nous sommes toujours dans la période post Covid-19. Même l’année dernière, les frontières étaient toujours fermées. Pourtant, deux composantes de la station, le Hyatt Regency et le Fairmont ont ouvert et nous avons bien fonctionné durant la saison estivale précédente, grâce à la clientèle locale», ajoute-t-il.

«Nous espérons solidifier ce que nous avons gagné l’année dernière, avec une clientèle qui a connu la destination grâce au bouche à oreille et cette année avec une clientèle marocaine établie à l’étranger qui va rentrer et qui va sûrement venir découvrir la destination», confie pour sa part, Zakaria El Ouati, directeur général de pré-ouverture du Hilton Taghazout Bay Beach Resort & SPA. «L’année dernière, il n’y avait pas de disponibilité en août. On a dû refuser beaucoup de demandes. Malgré les deux composantes qui ont ouvert, les établissements de la station affichaient complets», a-t-il rappelé. 

© Fournis par Yabiladi

Un Beach club et un Centre d’Argan

Ainsi, pour la prochaine saison estivale, le responsable dit s’attendre aux «mêmes taux d’occupation voire mieux que ceux de l’année dernière», expliquant qu’un «équilibre» pourra être créé «avec les Marocains qui partiront à l’étranger, ceux qui rentreront au Maroc, en plus des ressortissants étrangers». «Avec les nouveaux vols de Ryanair (vers Agadir, ndlr), nous sentons déjà un impact positif», assure-t-il.

Taghazout Bay compte ainsi sur ses atouts pour faire le plein durant cette saison. «Mondialement connue par le segment surf, qui est ainsi son premier atout», la station peut aussi séduire grâce au «golf» qui «attire une clientèle de luxe». «En plus, les gens ont envie de découvrir autre chose que ce qu'ils ont vu à Agadir», enchaîne Zakaria El Ouati. «Nous n’avions pas l’habitude de recevoir des clients de Marrakech, de Casablanca et de Rabat», explique-t-il, en rappelant que ces deux dernières années, la station a accueilli beaucoup de clients de ces trois villes. «L’objectif est de capitaliser sur la clientèle marocaine en plus de la clientèle étrangère», conclut-il.

Pour ce faire, la SAPST compte notamment s’appuyer sur le divertissement, à travers l’ouverture du Beach club, prévue en juillet prochain, pour un investissement de 54 millions de dirhams. Taghazout s’appuiera également sur le Centre d’Argan, baptisé «Targant» et qui se présente en tant que «nouvelle composante d’animation à vocation sociale dédié à l’argan».

Conçue par la SAPST en collaboration notamment avec les coopératives locales et centrée sur la valorisation des produits du terroir, le projet vise à préserver le patrimoine naturel et culturel lié à l’arganier, valoriser son processus de production, appuyer les coopératives et la femme de la région et contribuer à la création d’emplois locaux.

Les ambitions de Taghazout Bay pour le tourisme national