Les restes du Clotilde, le dernier navire négrier à avoir accosté aux États-Unis

Une équipe travaillant sur la côte de l'Alabama évalue les restes de ce navire. Ces recherches pourraient contribuer à reconstruire une histoire très lourde de sens.

Sur cette photo d'archive du 30 mai 2019, la circulation passe devant une peinture murale du navire négrier Clotilda le long du boulevard Africatown, à Mobile, Ala. © Kevin McGill/Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved. Sur cette photo d'archive du 30 mai 2019, la circulation passe devant une peinture murale du navire négrier Clotilda le long du boulevard Africatown, à Mobile, Ala.

Dans les eaux de la Mobile River, une équipe composée d'archéologues examine les restes du Clotilde - le dernier navire négrier américain connu - qui repose à quelques kilomètres de ce qui reste du village construit par les personnes nouvellement libérées après la guerre civile américaine. L'épave, qui se trouve a 3 mètres de fond, est en très bon état, car elle a été recouverte pendant des décennies d'une boue protectrice qui pourrait contenir des traces d'ADN de captifs, selon les autorités.

''L'épave en bois du Clotilda repose sur une berge par 6 à 10 pieds de fond - un peu sur le côté, ouverte, brisée, brûlée. Et pourtant, elle est toujours intacte et si intacte, du moins en tant que site archéologique, qu'elle est l'exemple le mieux préservé des milliers de navires négriers qui ont transporté des personnes d'Afrique vers les Amérique et plus particulièrement vers les États-Unis. Et c'est le dernier navire connu à faire cela et à transporter des captifs en Amérique, plus précisément ici en Alabama'' explique James Delgado, archéologue.

Certains souhaitent la création d'un musée présentant le véritable Clotilda, d'autres réclament un mémorial semblable au monument des victimes de lynchage inauguré en 2018 à Montgomery ou encore plusieurs autres envisagent la reconstruction d'Africatown, qui comptait autrefois des maisons modestes avec des jardins et de multiples commerces. Joycelyn Davis, petite-fille de la sixième génération du captif africain Charlie Lewis, a aidé à fonder l'association Clotilda Descendants.

Quand je pense au navire, je pense à ce que ces Africains, réduits en esclavage, ont vécu sur ce navire. Donc, vous savez, je suis un peu perplexe. C'est un peu comme, qu'est-ce que ça ferait pour la communauté ? Y aurait-il une sorte de croissance économique si cela devenait une attraction touristique avec les objets, les gens pourraient venir et les regarder ? S'ils construisent un autre musée, s'ils construisent une réplique, vous savez, comment cela peut-il bénéficier à la communauté ?"

Située à cinq kilomètres au nord du centre-ville de Mobile, Africatown a été fondée par 32 des survivants originaux de Clotilda après leur émancipation à la fin de la guerre civile, en 1865. Désireux de retrouver la patrie, les habitants y ont fondé une communauté très unie afin de mêler leurs traditions africaines aux traditions américaines, en élevant du bétail et en cultivant la terre.

''Oui, nous nous soucions du navire. Mais ce qui nous intéresse vraiment, ce sont les 110 personnes qui se trouvaient dans la soute de ce navire. Parce que ce sont ces personnes qui ont été sous-estimées. Une fois que ces personnes sont sorties de la cale et sont devenues des hommes et des femmes, elles ont créé Africatown. Et maintenant, nous voulons nous assurer que l'héritage d'Africatown continue de vivre et nous, en tant que descendants, voulons nous assurer que cet héritage perdure" soutient Darron Patterson, Descendant.

Depuis la découverte de l'épave de la Clotilde en 2019 Africatown attire de plus en plus de visiteurs. Grâce à des financements privés, le centre d'accueil d'Africatown, balayé en 2005 par l'ouragan Katrina a été entièrement reconstruit.

Les restes du Clotilde, le dernier navire négrier à avoir accosté aux États-Unis