Transition au Tchad: deux délégations du Comité technique du dialogue en Egypte et en France

L'ancien président tchadien Goukouni Weddeye ici à Ndjamena le 2 mai 2021 préside le comité technique spécial chargé de négocier avec les responsables politico-militaires. © ISSOUF SANOGO/AFP L'ancien président tchadien Goukouni Weddeye ici à Ndjamena le 2 mai 2021 préside le comité technique spécial chargé de négocier avec les responsables politico-militaires.

Au Tchad, les autorités ont officiellement lancé lundi 18 octobre les deux premières missions de prises de contact avec les rebelles en exil. Ces deux missions sont à l’initiative du Comité technique spécial présidé par l'ancien président du Tchad Goukouni Weddeye. Objectif, selon les termes du communiqué : échanger avec les responsables politico-militaires et les inviter à participer au dialogue national prévu en novembre. L'enjeu est important car pour beaucoup d'observateurs, la participation des rebelles au dialogue sera gage de sa crédibilité et réussite. 

avec notre correspondante à Ndjamena, Aurélie Bazzara-Kibangula

Une première délégation est en Egypte, conduite par un haut gradé de l’armée de l’air, le général Mornadji Mbaissanabe Karouba. La deuxième est en France, conduite par Mahamat Allamine Bourma, ancien ministre des Finances. Deux ténors du régime d'Idriss Déby désignés pour mener des premières prises de contact qualifiées  de « sensibles » par le Comité technique du dialogue.

A ce stade, le comité refuse de préciser qui sont les politico-militaires contactés. La France n’est pourtant pas une destination choisie par hasard : c'est là que vivent notamment Mahamat Nouri, président de l’UFDD qui a failli renverser Idriss Déby en 2008. Cet ancien allié du président Hissène Habré puis d'Idriss Déby, devenu le chef d'un parti d'opposition et d'une rébellion armée, a été arrêté en France et mis en examen en juin 2019 pour « crimes contre l'humanité » par la justice française. Il a été remis en liberté provisoire en mars 2020 en raison de la crise sanitaire. C'est aussi en France que vit Tollimi Abakar, secrétaire général de l'Union des Forces de la Résistance au Tchad et ancien conseiller du président défunt… 

► À lire aussi : les rebelles participeront-ils au dialogue national au Tchad ?

Au programme des échanges, selon une source sécuritaire, les conditions de la participation au dialogue. Contactés, certains cadres de groupes rebelles affirment que l’amnistie générale sera l’une des conditions non négociables… Pour d’autres, il est encore trop tôt pour se prononcer. Ils veulent d’abord s’assurer de la sincérité de la démarche des autorités. Ces responsables rebelles disent attendre maintenant d’être informés sur le lieu et les modalités exactes des rencontres.

À lire aussi : le projet de budget du Conseil national de transition fuite et crée des remous 

Transition au Tchad: deux délégations du Comité technique du dialogue en Egypte et en France