Des scientifiques découvrent une planète où une année dure huit heures

Image d'illustration. | Greg Rakozy via Unsplash © Image d'illustration. | Greg Rakozy via Unsplash Image d'illustration. | Greg Rakozy via Unsplash

Les astronomes viennent de découvrir un tout nouveau monde particulièrement étrange: une planète extrêmement chaude qui tourne autour de son étoile, complétant son orbite en moins de huit heures. Autrement dit, une année sur GJ 367 b, son nom officiel, dure à peine 7,7 heures. De quoi devenir un boomer en un rien de temps.

Pas de panique, vous n'y mettrez probablement jamais les pieds. GJ 367 b, qui fait donc partie de la classe des planètes «à période ultra courte» (USP), a une température diurne d'environ 1.482°C. La faute à son étoile, la naine rouge GJ 376, particulièrement proche. À titre de comparaison, cette planète reçoit 500 fois plus de rayonnement de son étoile que la Terre en reçoit du Soleil. Sûrement l'une des raisons qui pourraient expliquer la disparition de son atmosphère, précise Newsweek. Pas très hospitalier ce nouveau monde.

Cette planète a également d'autres caractéristiques particulièrement surprenantes: c'est l'une des plus légères jamais découvertes en dehors du système solaire. Située à «seulement» 31 années-lumière du soleil, GJ 367 b est un monde rocheux environ 70% aussi grand que la Terre et dont le noyau solide, fait de fer et de nickel, ressemble à celui de Mercure, ajoute Space.com.

À lire aussi

© Fournis par Slate Comment se sont formées les quatre-vingts lunes de Saturne?

«Nous trouvons une planète de la taille de Mars qui a la composition de Mercure», a déclaré Roland Vanderspek, chercheur principal au Massachusetts Institut of technologie (MIT). Ces spécificités font de cette découverte une importante avancée dans la compréhension des mondes qui nous entourent, et plus particulièrement des planètes «à période ultra courte», relativement peu étudiées.

L'équipe qui a fait cette découverte n'en est pas à son premier coup d'essai. Elle utilise notamment un engin particulièrement puissant permettant d'identifier les exoplanètes: le Transiting Exoplanet Survey Satellite (TESS) de la NASA. En avril 2021, ce télescope spatial a par exemple détecté plus de 2.200 mondes en dehors du système solaire. Efficace.

Des scientifiques découvrent une planète où une année dure huit heures